Navigation – Plan du site

Le renouveau des voies navigables dans l’Europe médiane et le monde

Longtemps considéré comme un mode de transport en déclin et d’une importance marginale si l’on fait exception de la Belgique et des Pays-Bas, le transport fluvial connait un certain retour en grâce avec la promotion du développement durable. Mais c’est surtout la croissance du transport de conteneurs par les fleuves depuis les ports maritimes qui ont contribué à moderniser l’image de la voie d’eau et sa capacité d’adaptation aux exigences logistiques contemporaines. Le succès du port de Duisbourg comme hub logistique souligne la mutation engagée qui fait passer le premier port intérieur européen de l’industrie lourde des hauts-fourneaux à la gestion des entrepôts, une évolution que connaissent également la Wallonie avec le Trilogiport de Liège, le Valenciennois et plus récemment encore les ports de Metz et de Thionville avec l’inauguration d’une navette qui via Bonn relie la Lorraine aux terminaux d’Anvers et de Rotterdam. Bien sûr les trafics plus traditionnels de grands vracs liquides et solides gardent toute leur importance et ont su également adapter leur offre à des trafics plus sensibles aux attentes des chargeurs.

Dans le tourisme, la voie d’eau connaît un véritable engouement. Les croisières fluviales enregistrent une remarquable croissance depuis 20 ans. Les acteurs traditionnellement puissants sur le Rhin et ses affluents ont su développer de nouvelles offres, intégrant le Danube, devenu la première destination pour cette offre. D’autres cours d’eau ont depuis connu une mise en valeur touristique, de l’Elbe au Douro. L’accueil de croisières ou simplement d’excursions fluviales exige de la part des collectivités territoriales des aménagements spécifiques (pontons, haltes, services divers) et les oblige parfois à intervenir dans des investissements plus lourds dont les retombées économiques méritent encore d’être établies.

Après l’échec du canal à grand gabarit Rhin-Rhône, le projet de canal Seine-Escaut soutenu par des financements européens souligne l’espoir d’une relance de l’interconnexion entre grands bassins fluviaux. Il est aussi l’occasion de mettre en lumière la place de la voie d’eau dans la politique européenne des transports et ses déclinaisons nationales. La concentration croissante des trafics sur les grandes artères pose la question de l’avenir du réseau secondaire, de ses usages potentiels à des fins de transport de fret et de tourisme et l’épineuse question de la charge de son entretien. Elle impacte directement les pratiques et la recomposition d’une profession aux modes de vie particuliers. C’est au fond ici tout un pan, celui de l’aménagement hydraulique et de la territorialité des institutions chargées de leur gestion et des pratiques spatiales d’une profession peu connue, celle des bateliers qui mérite d’être interrogé.

L’évolution du fluvial se joue aussi à une portée plus locale et plus urbaine comme le transport et la valorisation des déchets, ou encore la logistique urbaine qui a servi de vitrine pour la promotion du transport fluvial dans une logique métropolitaine à Paris, à Lille ou à Lyon (Beyer-Debrie, 2014).

A travers ce numéro de la RGE, l’ambition est de faire le point et d’aborder les évolutions du transport fluvial et ses enjeux géographiques encore trop perçu sous ses différents aspects traditionnel. Plusieurs thèmes peuvent ainsi être envisagés :

1. L’essor des croisières fluviales qui ne se dément pas et de nouvelles offres touristiques sont désormais proposées sur tous les fleuves de France et de nombreux fleuves d’Europe (Woessner, 2006).

2. La recomposition des relations entre les villes fluviales et leurs ports et plus généralement l’aménagement de leurs berges dont le potentiel d et transport fluvial est aujourd’hui réinterprétée.

3. L’intégration de la voie dans des systèmes de transport et des offres logistiques plus complexe

4. Les communications sont aussi l’occasion d’ouvrir une problématique trop souvent cantonnée au système navigable de l’Europe mouillée du Nord-ouest à d’autres horizons avec le potentiel du système russe des Cinq mers, du réseau nord-américain (Grands lacs et système du Mississipi), d’Amérique du Sud (Rio de la plate, Amazone et Sao Francisco) et bien sûr des fleuves chinois dont qui ont connu un développement extraordinaire.

Les articles sont à envoyer, en document attaché (format.doc), à Antoine Beyer antoinebeyer@yahoo.fr et doivent répondre aux normes de la RGE (http://rge.revue.org/1345). Date limite de dépôt des contributions : 1er octobre 2018.

  • Revues.org