Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Cynthia Ghorra-Gobin, La métropolisation en question

Presses Universitaires Françaises, Paris, 2015, 116 p.
Julien Gingembre

Texte intégral

1La collection La ville en débat des Presses Universitaires Françaises propose des ouvrages de synthèse sur des sujets touchant à l’urbain dans une perspective pluridisciplinaire (sociologie, géographie, économie, architecture). L'ouvrage présenté est celui de la géographe Cynthia Ghorra-Gobin. Spécialiste des États-Unis, elle travaille sur les transformations de la ville liées à la mondialisation. Elle nous livre ici une analyse « multisituée » (France, États-Unis). Dans le contexte français de l'Acte III de la décentralisation, l'ouvrage offre un regard croisé, diachronique et réflexif sur la métropolisation.

2Ce court essai (116 pages) est divisé en trois chapitres. D'une manière assez classique, le premier chapitre traite de la question métropolitaine aux Etats-Unis, tandis que le second nous éclaire sur le cas français. Dans les deux cas, l'approche est chronologique et la question est traitée d'un point de vue épistémologique et politique : l'auteure évoque à la fois l'évolution des représentations de la métropole et des réflexions des chercheurs sur le sujet, mais aussi les actions engagées par les deux États pour prendre en considération la métropolisation. Cet exercice comparatif s'avère crucial pour comprendre les différences d'approche de la question métropolitaine de part et d'autre de l'Atlantique. Enfin, le troisième chapitre, plus réflexif et critique, constitue une synthèse des enjeux métropolitains qui met en lumière les répercussions négatives de la métropolisation et les propositions nées en France et aux États-Unis pour les surmonter.

3L’analyse révèle que la question métropolitaine a été plus précocement prise en compte aux États-Unis qu’en France. Si elle y fut d'abord un outil statistique (les metropolitan statistical areas), la métropole est devenue progressivement une question politique et économique. Depuis les années 1990, la métropolisation, processus de reterritorialisation lié à la métamorphose du capitalisme mondialisé, y est perçue comme un phénomène normal auquel il est difficile, voire inutile, d'échapper. À l’inverse, en France, le caractère inédit de la métropolisation est parfois apparenté à une menace pour l'État qui serait tiraillé entre la perte de souveraineté liée à la construction européenne et la naissance de contre-pouvoirs métropolitains. Cette crainte aurait pour conséquence une volonté régalienne d'encadrer le phénomène par les différentes lois de décentralisation ou sur l’intercommunalité, sans succès véritable. L’institutionnalisation de la métropole par la loi MAPTAM (loi du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles) changera peut-être la donne. Ces deux chapitres offrent aux chercheurs francophones de nombreuses ressources bibliographiques anglo-saxonnes, citant des auteurs qui font référence sur ce sujet, comme Joel Garreau, Saskia Sassen ou Ed Soja.

4Les questions des inégalités métropolitaines et de la solidarité sont traitées dans le troisième chapitre. L'auteure y montre les dissemblances entre les États-Unis, où la solidarité intramétropolitaine doit primer, et la France, où cette solidarité doit être réalisée entre régions urbaines et espaces ruraux. Cette vision française, qui a fait le succès de l’ouvrage de Christophe Guilluy (La France périphérique : comment on a sacrifié les classes populaires, Paris, Flammarion, 2014, 192 p.) est critiquée par l'auteure dans le sens où, en réactivant la dichotomie ville-campagne, elle masque les injustices internes – Cynthia Ghorra-Gobin évoque la « souffrance spatiale » – aux régions urbaines : entre les quartiers centraux « gentrifiés », les banlieues de grands ensembles et les périphéries plus lointaines. À partir de cela, l'auteure envisage la nécessité d'opter en France pour la création et le déploiement d'une gouvernance métropolitaine plus intégrée, à l’image du Grand Lyon, dont l’exemple est régulièrement cité. Cette révolution urbaine devra se faire non pas au moyen du levier de la décentralisation, mais bien par un rééchelonnement des compétences entre l'État et les métropoles.

5Au-delà de la synthèse, ce à quoi la collection nous a habitué, et de l'intérêt du travail comparatif, l'ouvrage s'impose comme un outil théorique et conceptuel sur la question de la métropolisation. Sous le format d'un essai, il constitue un plaidoyer en appelant à l'État français de poursuivre ses réformes en faveur de la montée en puissance des métropoles. À travers le prisme états-unien, Cynthia Ghorra-Gobin offre l'occasion de dépasser les querelles, parfois stériles, du débat en France.

6Il est utile de préciser que le ton n'est pas strictement cantonné à la sphère économique de la question métropolitaine. La réflexion fait une large place aux problématiques sociales et territoriales consécutives à ce nouvel âge métropolitain. Toutefois, un bémol peut être relevé : la question écologique et celle des risques inhérents aux territoires métropolitains sont assez peu évoquées dans l'ouvrage, si ce n'est dans la conclusion. Cela n’entache par la qualité du travail et l’intérêt de cet ouvrage de synthèse qui s’adresse tant aux étudiants qu’aux chercheurs et aux décideurs politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Gingembre, « Cynthia Ghorra-Gobin, La métropolisation en question », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 56 / n°3-4 | 2016, mis en ligne le 29 décembre 2016, consulté le 26 février 2017. URL : http://rge.revues.org/5936

Haut de page

Auteur

Julien Gingembre

Laboratoire Loterr, Université de Lorraine, Doctorant en géographie, julien.gingembre@mailoo.org, http://loterr.univ-lorraine.fr/content/gingembre-julien-0

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page