Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

François Bost, 2014, La France : mutations des systèmes productifs

Paris, coll. « CAPES-Agrégation », CNED-SEDES, 253p.
Aurélien Gack
Référence(s) :

François Bost, 2014, La France : mutations des systèmes productifs, Paris, coll. « CAPES-Agrégation », CNED-SEDES, 253p.

Texte intégral

1Autour du constat désormais partagé de la désindustrialisation de la France et de l’inquiétude croissante qui en résulte, l’ouvrage de François Bost se veut une synthèse sur l’état économique du pays en 2014, vu par un géographe. De plus, cette question des mutations des systèmes productifs en France est au programme des concours de recrutement de l’enseignement secondaire, CAPES d’histoire-géographie et Agrégations de géographie et d’histoire.

2L’ouvrage se compose de six chapitres. Les trois premiers chapitres retracent les dynamiques qui ont amené l’économie française à sa structuration actuelle et les trois derniers portent sur les problématiques de désindustrialisation et de développement ou redéveloppement des systèmes productifs à moyen ou long terme. L’acteur central de cet ouvrage est l’entreprise, vue comme le cœur du système économique. Après une mise au point épistémologique qui souligne les courants qui ont mené à formuler la notion de système productif (premier chapitre), l’étude du tissu entrepreneurial suit (second chapitre). Ces deux chapitres explicitent également les catégories statistiques développées par l’INSEE, en lien avec Eurostat. Les évolutions de la place de l’État dans l’économie, notamment en matière de politiques industrielles, sont mises en évidence dans le chapitre trois. Dans la deuxième partie de l’ouvrage (chapitres 4 et 5), la désindustrialisation est mise en parallèle avec les dynamiques d’innovation. Enfin, un essai de prospective territoriale et économique, inspirée du programme de la DATAR « France 2040 », clôt l’ouvrage.  

3Parallèlement à cette visée générale, des études de cas précises sont développées, par exemple autour de l’automobile et de l’agroalimentaire, au regard de l’actualité et des nouveaux exemples de désindustrialisation. Les études sont également croisées avec des encarts issus d’autres travaux de l’auteur ou bien de coupures de presse. Cela apporte un éclairage sur les représentations et les perceptions de ces dynamiques économiques au sein des élites et aussi de la population.

4Des comparaisons avec les autres États de l’Union Européenne (UE) ou des pays développés sont présentes, ce qui facilite l’imprégnation des ordres de grandeur dans la mondialisation. Cependant, une place réduite est accordée aux systèmes agricoles et forestiers, pourtant liés aux Industries Agro-Alimentaires (IAA), ou aux dynamiques culturelles (le Louvre-Lens et le Centre Beaubourg de Metz sont néanmoins mentionnés page 196) ou touristiques, qui ont un poids économique important et non négligeable pour la production de richesses et l’organisation du territoire.

  • 1  Ardinat G., 2013, Géographie de la Compétitivité, Paris, PUF-Le Monde
  • 2  Grandclement A., 2012, Géographie des pôles de compétitivité : réseaux et territoires de l'innovat (...)

5L’ouverture documentaire sur les statistiques et rapports officiels se trouve mise en relation avec des données aujourd’hui admises, comme les difficultés d’attractivité  et de compétitivité. Ces notions centrales trouvent une définition au fil de l’ouvrage et, parfois, une saine remise en cause des représentations communes intervient. Des références déjà anciennes, comme les Systèmes Productifs Locaux (SPL), ont une place assez importante, au même niveau que les pôles de compétitivité pourtant plus récents. Un regret peut donc porter sur l’absence de références plus récentes, comme Gilles Ardinat1 ou Antoine Grandclément2. Enfin, des cartes se trouvent dans l’ouvrage qui est plus fourni en statistiques, qu’elles soient sous formes graphiques ou en tableaux. Ces synthèses présentent un point de vue global bienvenu sur les dynamiques de l’économie française.

  • 3  Par exemple, Damette F. et Scheibling J., 1994, La France, permanences et mutations, Paris, Hachet (...)

6L’échelle principalement choisie est l’échelle nationale dans la mondialisation. En effet, le libellé de la question mise au concours pousse à privilégier une approche géoéconomique à  petite échelle, même si des inserts de grande échelle sont également présents (pages 172-173 sur la lunetterie dans le Morez par exemple). Quelques exemples de dégâts sociaux des restructurations économiques sont également indiqués, comme pour l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois, qui a fermé ses portes récemment. On peut néanmoins regretter l’absence d’étude de cas plus poussées à grande échelle, que cela soit à l’échelle du site industriel ou à l’échelle d’un tissu productif. Certes, quelques cartes existent mais elles ne permettent pas d’illustrer la territorialisation différenciée de l’économie française. De la même façon, la diversité des positions des économistes et des autres spécialistes de sciences humaines et sociales ne ressort que trop peu malgré une riche bibliographie, où géographes, économistes et chefs d’entreprises se partagent la majorité des références. Quelques manques étonnants sont à déplorer, comme le laboratoire STRATES, aujourd’hui LADYSS, et deux de leurs auteurs, Jacques Scheibling et Félix Damette3 (pourtant à l’origine de la mise en avant de la notion de système productif, p. 81 à 95 de l’op. cité).

7Cette diversité relative des positions souligne aussi la multiplicité des interprétations et des réponses que de nombreux acteurs proposent face à une crise qui, en France, n’est plus seulement économique mais aussi sociale et politique.

Haut de page

Notes

1  Ardinat G., 2013, Géographie de la Compétitivité, Paris, PUF-Le Monde

2  Grandclement A., 2012, Géographie des pôles de compétitivité : réseaux et territoires de l'innovation, Thèse de Doctorat, sous la direction de S. Daviet, soutenue à l’Université Aix-Marseille le 09/11/2012.

3  Par exemple, Damette F. et Scheibling J., 1994, La France, permanences et mutations, Paris, Hachette

 Supérieur, Carré Géographie, sixième édition, 2008, 256 pages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Gack, « François Bost, 2014, La France : mutations des systèmes productifs », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 54 / 1-2 | 2014, mis en ligne le 30 octobre 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rge.revues.org/5187

Haut de page

Auteur

Aurélien Gack

Agrégé de Géographie, Université de Lorraine, Enseignant au Lycée A. Châtelet, Douai.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org