Navigation – Plan du site
In Memoriam

In Memoriam : Claude Saint-Dizier (1939-1999)

Michel Cabouret

img-1-small480.jpg

« Comme (trois) coups brefs... frapp(és) sur la porte du malheur » pour reprendre une saisissante expression d’Albert Camus, ce furent successivement la disparition de François Reitel, qui était certes malade depuis longtemps mais dont l’état de santé ne laissait pas présager une fin rapide et relativement précoce, puis très rapprochées l’une et l’autre, celle de Claude Saint-Dizier d’abord, précédant de bien peu celle de Patrice Gamez. Toutes trois ont affecté profondément le Département de Géographie de l’Université de Metz.

Les deux dernières sont caractérisées par leur soudaineté et leur brutalité.

Claude Saint-Dizier, qui devait bénéficier de sa retraite le 1er octobre 1999, a été vite abattu entre le 3 et le 8 septembre, comme l’ont été par les terribles tornades de fin décembre les plus puissants épicéas de la forêt vosgienne à laquelle il tenait, tout comme ces arbres majestueux, par des racines familiales anciennes. Il naquit en effet dans une famille d’instituteurs ruraux en février 1939 à Jeanménil, un village du canton de Rambervillers. Après une scolarité primaire à l’école de Saint-Benoît la Chipotte, puis les études secondaires au Lycée Louis Lapicque d’Épinal au cours desquelles il se révèle un élève doué, il choisit de poursuivre sa formation dans l’Université à l’Institut de Géographie de Nancy où enseignaient des maîtres prestigieux : Xavier de Planhol, le regretté André Blanc et Alain Godard, sans parler des professeurs d’histoire très réputés.

Pourvu de la licence de géographie qui supposait à l’époque un solide viatique en histoire, il prépara un Diplôme d’Études Supérieures sur le « canton de Baccarat » qui témoigne bien de son attachement au « terroir » lorrain.

Puis, pour illustrer cet adage ancien « que bon sang ne saurait mentir », issu d’un milieu d’enseignants tout entiers dévoués à leur tâche, il se consacra successivement à la préparation des deux concours de recrutement de l’enseignement secondaire, d’abord le CAPES d’histoire et de géographie en 1963 puis ensuite l’agrégation de Géographie en 1965. Ses efforts furent donc vite couronnés par un double succès qui lui permit de commencer une carrière de professeur au lycée de Longwy de 1963 à 1967, puis au lycée Fabert de Metz en 1967-1968. Dès octobre 1968, Claude Saint-Dizier est sollicité par François Reitel, alors responsable de l’enseignement de la géographie au collège Littéraire Universitaire de Metz, pour l’assister auprès des étudiants dans les cours et travaux pratiques de géographie humaine, économique et régionale. Claude Saint-Dizier dominant parfaitement ses diverses tâches fut élevé au grade de maître assistant en 1972 au département de géographie créé dans le cadre de la Faculté des Lettres nouvelle. Au fur et à mesure du développement de celle-ci, il va enseigner alors à tous les niveaux depuis la première année jusqu’à la préparation des candidats aux concours de recrutement. Sa grande compétence en matière de concours et une attention constante à l’égard des candidats messins à ces difficiles épreuves lui valut d’être appelé comme Directeur d’Études pour l’histoire et la géographie de 1993 à 1996 auprès de l’IUFM de Metz.

Dans ses fonctions professionnelles, Claude Saint-Dizier, en pédagogue accompli, a donné la première place à l’enseignement. Ses cours à la préparation desquels il apportait le plus grand soin, très clairs, très structurés, biens construits et bien documentés, étaient toujours illustrés par des croquis particulièrement expressifs. Claude Saint-Dizier était tout particulièrement attaché à l’importance et à l’utilisation de la carte et s’aidait surtout du croquis dans l’enseignement de la géographie. Il a toujours montré pour la confection des diagrammes et des divers croquis, notamment de synthèse, une prédilection toute particulière qui était l’un des traits de sa personnalité d’enseignant.

Il aimait aussi appuyer les démonstrations orales de projections de diapositives : à ce propos, il avait poussé la conscience professionnelle au point de consacrer une partie des vacances familiales à un séjour estival dans une région française, différente chaque été, dont l’étude était inscrite au programme des examens de l’année universitaire qui suivait et il profitait de ce séjour pour parcourir les pays, en connaître directement les aspects et prendre de nombreux clichés. Bon photographe, il s’intéressait tant aux aspects naturels et humains qu’aux monuments du passé.

Parmi ses charges, il lui incombait aussi de participer à la formation des chercheurs débutants, en tant que membre de jurys siégeant lors de la soutenance des mémoires d’étudiants, voire d’assurer le suivi de la préparation de ceux-ci en tant que directeur du travail. À ces deux titres, il a bien dû lire et corriger des centaines de travaux et « dossiers » divers. Il apportait à leur lecture une rigoureuse attention, les annotait et les corrigeait avec le plus grand soin et ses observations étaient aussi mesurées et objectives que possible. Ses conseils aux débutants dans la recherche étaient très judicieux et ses remarques appuyées par une excellente connaissance du milieu régional lorrain, lequel reste, bien sûr, le cadre et l’objet de la plupart des mémoires. Claude Saint-Dizier, dans sa sévère mais en même temps bienveillante sollicitude à l’égard des apprentis chercheurs, attachait autant d’importance à la forme qu’au fond des textes produits. S’il relevait attentivement les fautes d’orthographe, il tenait beaucoup aussi à la correction de l’expression. Il veillait aussi à la qualité du contenu des mémoires : rigueur du plan, clarté des développements, valeur des méthodes de recher-che et résultats acquis.

Enfin, Claude Saint-Dizier fut en même temps lui-même un chercheur ; il consacra ses premières publications aux espaces ruraux lorrains (y compris les forêts). Il apporta des contributions importantes à plusieurs manuels, œuvres collectives sur la Lorraine ; la première dans un ouvrage destiné aux candidats aux concours des grandes écoles de commerce « l’économie de la Lorraine » dans la collection « Ellipses » (Paris), 1978, 160 p. en co-rédaction avec François Reitel et Roland Remer ; l’autre dans un gros travail sur « La géographie de la Lorraine » sous la direction de René Frécaut (bien trop tôt disparu lui-aussi) pour les Presses Universitaires de Nancy et les éditions Serpenoise, 636 p., 1983. Claude Saint-Dizier y est l’auteur de plusieurs chapitres étoffés : l’un sur la population (en collaboration avec Evelyne Arnould), les autres — en étroite coopération avec Jean-Marie Gehring, son collègue à l’Université de Metz. Claude Saint-Dizier était inséparable de Jean-Marie Gehring dans ses activités professionnelles comme dans la vie privée car des liens familiaux étroits l’unissaient à ce dernier: la sidérurgie lorraine, l’aménagement du carrefour lorrain : les voies de communications, les Pays du Fer. À côté d’études sur les espaces ruraux lorrains, Claude Saint-Dizier se consacra donc à des travaux sur la sidérurgie régionale (y compris au Grand Duché du Luxembourg, terrain de travail privilégié par Jean-Marie Gehring), sidérurgie dont il était devenu un véritable spécialiste, en tant que géographe, publiant plusieurs mises à jour remarquables sur ce thème. Il travaillait, là-aussi avec J.M. Gehring, sur la géographie de la population en Lorraine et au Luxembourg, où le Professeur Charles Christians l’avait appelé pour y enseigner régulièrement.

Il s’intéressa aussi plus récemment à la géopolitique, remise en honneur depuis quelque temps et étudia dans la série dirigée par Yves Lacoste les comportements électoraux des Lorrains (collection « Géopolitique de la France » éditions La Découverte). C’est dans un esprit de renouvellement constant qu’il collabora à la livraison annuelle de la série «  l’État de la France » par le chapitre « Lorraine ».

Chaleureux, non sans une réserve de bon aloi, toute vosgienne, calme, plein de maîtrise, patient mais capable de réactions mesurées contre les abus, toujours disponible à l’égard des étudiants, qu’il savait bien comprendre car il avait une expérience irremplaçable du contact avec les jeunes gens en tant que père accompli de famille nombreuse, toujours attentif auprès des auditeurs fidèles de ses cours et des jeunes chercheurs débutants qui sollicitaient ses conseils, indulgent à leur égard sans être faible ni laxiste ou démagogue, tel était notre collègue Claude Saint-Dizier.

Le destin toujours imprévisible qui le frappa le 8 septembre 1999 n’a pas permis qu’il put mettre à profit, à partir du 1er octobre suivant, une retraite méritée. Il dort désormais du «grand sommeil » à Sainte-Barbe, un village du canton de Rambervillers, bien proche de Jeanménil où il s’éveilla en 1939, ayant ainsi parcouru en soixante ans le cycle raccourci d’une vie pourtant bien remplie.

  • Revues.org