Navigation – Plan du site
In Memoriam

In Memoriam : Jean-Michel Avenard (1937-1999)

Georges H. Lutz

img-1-small480.jpg

Au moment où la vie qu’il aimait tant allait lui accorder un peu de ce repos auquel il aspirait, Jean-Michel AVENARD nous a quittés brutalement le 19 septembre 1999. Après une longue carrière bien remplie de chercheur et de formateur, une petite année  de retraite est une récompense bien frustrante pour un homme qui avait dû supporter ces dernières années un handicap physique et des souffrances pénibles. Il les a affrontés avec l’opiniâtreté qui était à mes yeux le trait fondamental de son caractère.

La vie professionnelle de Jean-Michel Avenard peut s’articuler en trois grandes périodes. D’abord les années de formation à Strasbourg, puis l’Afrique et enfin le retour à Strasbourg comme professeur à l’Université Louis Pasteur.

Né à Sainte-Savine près de Troyes le 20 janvier 1937, il a passé sa jeunesse à Strasbourg où il arriva après la guerre. Il y intégra l’Institut de Géographie de l’Université en 1957. Licencié de Géographie à vingt-deux ans il y soutenait sa thèse de doctorat de 3e Cycle juste avant son vingt-cinquième anniversaire. Le facteur essentiel pour comprendre l’homme, sur lequel il nous faut insister tout de suite, réside dans l’engagement très précoce de Jean-Michel dans sa discipline: tout jeune étudiant il voulut être géographe physicien et mieux encore géomorphologue. Son intérêt pour la cartographie du milieu physique était déjà très affirmé et le travail de terrain son domaine de prédilection. Nommé dès 1958 collaborateur auxiliaire à la Carte Géologique de France, il participa dès le début de ses études à de nombreuses missions dirigées par le professeur J. TRICART, son maître, dans le cadre du Centre de Géographie Appliquée, tant en France qu’Outremer. Ses sujets de recherche principaux étaient alors les processus géomorphologiques actuels. Sa thèse de Doctorat de 3e Cycle sur « Les méthodes de mécanique des sols appliquées au problème géomorphologique des versants » lui vaudra l’équivalence de la thèse complémentaire en vue du Doctorat d’État. Plus connue sous son titre « La Solifluxion » elle annonce ce qui deviendra un fil conducteur à travers toute son œuvre. S’y ajouteront les diverses dynamiques de l’érosion et leur contrôle qui déboucheront sur un intérêt toujours plus affirmé pour les problèmes environnementaux surgissant dans les pays d’Afrique, domaines de ses affectations successives. Parallèlement il ne négligea jamais le rôle que les formations anciennes conféraient au milieu, notamment au Maghreb, et le Quaternaire, ainsi que l’atteste sa dernière publication, resta jusqu’à la fin l’un de ses jardins secrets.

L’AFRIQUE: Maroc 1963-1965 ; Côte d’Ivoire 1965-1977 ; Burkina Faso 1978-1981. Après un intermède de dix-huit mois (S. Mil. Act.) Jean-Michel Avenard arrive à Rabat pour y occuper à l’INRA du Maroc un poste de chercheur géographe-géomorphologue. Il y mettra au point une méthode de cartographie de l’érosion et étudiera ce phénomène dans le bassin de l’oued Sebou. Dès cette époque il insistera sur les types génétiques et la gravité des phénomènes. Cette période, courte mais féconde, l’attachera sentimentalement et à vie aux pays du Maghreb et à leurs problèmes de conservation.

Puis survient le grand événement de sa vie. Il sera recruté en octobre 1965 comme chercheur contractuel à l’ORSTOM, avec affectation en Côte-d’Ivoire. Après plus de deux ans de recherche individuelle il intégrera, lors de sa création en 1968, la nouvelle équipe interdisciplinaire dont l’objectif affiché consiste à étudier le thème « forêt-savane » en Afrique occidentale. À cette époque, ce contact offrait encore en Côte d’Ivoire de belles opportunités de recherche. Grâce à son expérience il en deviendra le responsable alors qu’il était déjà celui du Laboratoire de Géographie physique à Adiopodoumé. Jean-Michel abordera le thème par une double démarche: une analyse serrée des aspects bibliographiques ira de pair avec celle de l’eau des sols, des transects et une couverture de l’extension spatiale. Parallèlement il profitera de ses nombreuses sorties de terrain pour se pencher sur le milieu naturel de la Côte d’Ivoire, sans négliger ni les problèmes du Quaternaire ni ceux de la dynamique actuelle. Durant les dix années suivantes se succéderont sous la plume du chercheur plus de trente travaux, dont certains fort volumineux. Ils seront couronnés par la rédaction, pendant l’année 1975/1976, de sa thèse de Doctorat d’État « Géogra-phie physique du contact Forêt-Savane dans l’ouest de la Côte-d’Ivoire » soutenue le 24 septembre 1976 à Strasbourg dans le cadre de l’Université Louis Pasteur. Le professeur Jean Tricart en avait naturellement assuré la direction.

Après la soutenance Jean-Michel quittera la Côte-d’Ivoire pour le centre ORSTOM de la Haute-Volta où il dirigera le laboratoire de Géographie physique. Puis après avoir gravi tous les grades de chercheur, il va infléchir sa carrière pour l’orienter vers l’enseignement supérieur. Les inscriptions sur les diverses listes d’aptitude concrétisées, il est nommé maître de conférence à l’Université de Ouagadougou en 1977. Cette période de quatre ans verra évoluer ses recherches d’une perception au départ assez mécaniste de la dynamique actuelle vers une conception de l’inventaire qui s’effectue plus en relation avec le peuplement et la perception qu’en ont les populations.

STRASBOURG 1981-1998: Le professeur, le responsable du conseil pédagogique, le directeur de l’UFR de Géographie. À quarante-quatre ans Jean-Michel Avenard revient avec bonheur à l’université de ses débuts ; il y occupera un poste de professeur de géographie que l’on dirait calibré pour lui. Cet enseignement, entièrement axé sur les « Régions Sèches », lui permettra en effet de livrer aux étudiants toutes les compétences et toute l’expérience accumulées durant ses années de recherches et d’enseignement outre-mer. Le temps de s’habituer aux arcanes administratives d’une grande université métropolitaine et le voilà sollicité pour gérer le fonctionnement de la pédagogie de l’UFR. Dans cette fonction souvent ingrate, le contact aisé qu’il saura instaurer avec tous les intervenants, notamment les étudiants, lui gagnera l’estime et la sympathie de tous. Le résultat en fut son élection à la direction de l’UFR de géographie en 1987, où ses expériences de gestionnaire trouvèrent à s’employer largement. Directeur d’un caractère ouvert à toutes les catégories de personnels et à leurs problèmes, il aura besoin de toute son opiniâtreté pour tenir son rôle d’animateur et d’administrateur pendant cette période difficile. Son travail premier de formateur au sens large ne fut cependant pas négligé. Sollicité par le Service commun de l’Enseignement à distance de l’Université des Sciences Humaines de Strasbourg, il y dispensera un cours sur « Les fondements géographiques des ­problèmes d’environnement » et un autre sur une « Introduction à la géographie ». La diffusion la plus large de ces thèmes lui semblait indispensable dans le monde actuel.

La recherche n’en fut pas abandonnée pour autant. Des communications et travaux sur la dynamique actuelle en Afrique du Nord (1990), la sensibilité aux mouvements de masse (1990), le rôle de la savane dans la dégradation des paysages (1988), l’attestent suffisamment. Le Burkina Faso et le Maroc, la savane et la steppe étaient restés chers à son cœur. Il le manifestait par des directions de recherches doctorales nombreuses et des présidences de jurys de thèses à Ouagadougou et au Maghreb. L’évolution politique en Algérie à cette époque allait malheureusement réduire l’activité scientifique des jeunes chercheurs qu’il encadrait. Cet état des choses pesait particulièrement à Jean-Michel. Aussi, quand il fut libéré de sa charge directoriale, put-il se lancer avec enthousiasme dans de nouveaux projets de recherche. Au Maroc en particulier où la plaine du Tafilalet requit son attention par les problèmes environnementaux — lutte anti-éolienne, désertification, «désertisation» — qu’elle présentait. La construction d’un barrage sur l’oued Ziz en avait profondément modifié les épandages de crues et il devenait urgent de proposer des remèdes. Le Rif et le Prérif avaient aussi attiré son attention et l’activation par l’homme de la dynamique érosive lui fournit l’occasion d’une de ses dernières investigations. Jean-Michel ne verra pas l’achèvement de tous ces projets pour de nombreuses raisons. Les difficultés de financement des recherches, les lenteurs administratives, la détérioration de son potentiel de mobilité et bien d’autres raisons pourraient être invoquées que sa ténacité modeste et sereine n’arrivèrent finalement plus à surmonter. Nous nous connaissions depuis 1957 et il m’avait laissé entendre depuis un certain temps déjà qu’il aspirait à un changement d’existence dès que possible. Cette perspective avait permis à sa jovialité naturelle de reprendre le dessus sur ses humeurs bougonnes. Précocement affaibli comme tant d’autres géographes, il s’est effacé de notre environnement avec la discrétion qui le caractérisait. Son absence laisse dans cette Faculté qu’il a servie avec courage, persévérance et doigté, un vide que tous ceux qui ont côtoyé Jean-Michel ressentent profondément.

  • Revues.org