Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Au-delà d’un contenu à première vue disparate, ce numéro de la Revue Géographique de l’Est apporte une contribution aux difficiles questions des évolutions environnementales, climatique et morphologique, vues à travers divers milieux « naturels », mais principalement karstiques, à différentes échelles de temps.

2La question de la variation climatique est abordée directement pour aujourd’hui en Hongrie par Ádám Kertész, Dénes Lóczy et Tamás Huszár, qui ont participé au programme international Medalus sur le changement climatique global actuel et ses conséquences. Au vu des mesures, il ne fait aucun doute que le réchauffement et l’aridification ont gagné le bassin des Grandes Plaines hongroises, avec de sérieux effets sur les nappes phréatiques et l’agriculture. Le réchauffement se manifeste surtout par des séries d’hivers doux, l’aridification par un renforcement de la sécheresse estivale : les caractères « méditerranéens » du climat s’accentuent particulièrement depuis les années 1980.

3Les variations climatiques du passé relativement proche mais dépourvu de mesures, en gros les derniers  13 000 ans, soit le Tardiglaciaire et l’Holocène, peuvent être appréhendées à travers l’étude des archives fluviales. Gyulia Gábris utilise, toujours dans la Plaine pannonienne, le critère dimensionnel des méandres libres abandonnés, qui peut être relié aux paléodébits. Il parvient ainsi à établir une courbe des changements de débits à l’Holocène et à en tirer des conclusions sur les valeurs probables des précipitations que cela implique.

4Les autres travaux abordent la question par l’intermédiaire des géosystèmes karstiques, qui sont d’excellents enregistreurs des variations climatiques, aujourd’hui comme par le passé.

5Toujours en Hongrie, Lázló Zámbó étudie expérimentalement de manière très ingénieuse les processus de corrosion karstique sous les sols. Il montre que dans l’ensemble cette dissolution est essentiellement le fait de l’activité microbienne, ce qui la favorise sous les sols de type rendzine et surtout sous les sols argileux, où les conditions nécessaires à l’entretien d’une humidité suffisante sont primordiales.

6Ce concept de « compresse humide » joue en effet un rôle primordial dans le développement des karsts de l’Est du Bassin parisien, ce qui est illustré ici par deux exemples : le premier est celui du karst jusqu’ici assez peu connu de la Montagne de Reims (Olivier Lejeune et Alain Devos), karst de « contact lithostratigraphique sous couvert forestier » ; ce karst perché entretient des rapports complexes avec les nappes phréatiques dont les variations peuvent parfois paradoxalement gêner son évolution en induisant des comblements et/ou des glissements de terrain.

7Le second exemple est celui du karst du Barrois, objet d’une remarquable thèse récente dont l’auteur (Stéphane Jaillet) donne ici un bref résumé ; un des résultats les plus significatifs est que selon les secteurs, et en fonction du gradient sud-nord de démantèlement de la couverture humidifiante, on peut distinguer un karst totalement comblé et inactif (karst de Poissons, où la couverture argilo-sableuse du Crétacé a complètement disparu), karst de la Cousance, en situation intermédiaire et régime variable, karst du Rupt du Puits enfin, toujours sous couverture aujourd’hui et très actif. Une première tentative de chronologie quaternaire est proposée pour cette « migration » vers le nord de l’activité karstique du Barrois, qui accompagne non seulement la dénudation des plateaux, mais aussi l’enfoncement du réseau hydrographique. D’autres parties de ce travail prometteur relient évolution karstique et évolution hydrologique ; bien que non évoquées ici, elles conduisent à nouveau à la question des variations climatiques.

8La dernière contribution (Alex Storoni) évoque, également à travers un résumé de thèse, un problème quelque peu différent puisqu’il s’agit de l’impact des activités minières (exploitation du minerai de fer) sur les paysages au Luxembourg ; l’auteur y montre cependant comment en moins d’un siècle ces activités ont perturbé morphologiquement et hydrologiquement un plateau calcaire et ont induit une nouvelle typologie de formes karstiques d’origine anthropique. L’abandon des mines entraîne aujourd’hui une reprise partielle des processus naturels, dont les effets ne font que débuter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Weisrock, « Introduction », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 41 / 4 | 2001, mis en ligne le 22 juillet 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rge.revues.org/3879

Haut de page

Auteur

André Weisrock

Université de Nancy 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org