Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Boulanger, 2011, Géographie militaire et géostratégie, enjeux et crises du monde contemporain

Coll. U, A. Colin, Paris, 302 p.
Michel Deshaies
Référence(s) :

Philippe Boulanger : Géographie militaire et géostratégie, enjeux et crises du monde contemporain, A. Colin, Coll. U, Paris, 302 p.

Texte intégral

1Voilà incontestablement un manuel indispensable pour la compréhension des grands équilibres géostratégiques du monde contemporain et des nombreux conflits locaux que génère la remise en cause de certains de ces équilibres. Philippe Boulanger qui nous avait déjà offert une passionnante « géographie militaire » parue chez Ellipses en 2006, nous propose aujourd’hui une lecture raisonnée d’un monde qui peine à trouver un nouvel équilibre depuis la fin de la guerre froide et l’effondrement de l’URSS. Associant la présentation de la situation mondiale, avec des éclairages très bien documentés sur différentes zones de tensions du monde, l’auteur manie avec dextérité les changements d’échelle, s’appuie sur une excellente cartographie et sait faire œuvre de beaucoup de pédagogie pour expliquer des situations complexes, comme celles de la Somalie (p. 16-18), de l’Afghanistan (p. 109-114), ou du Cachemire (p. 121-126).

2L’ouvrage s’organise en trois parties dans lesquelles l’auteur présente les fondements des rapports de force géostratégiques du monde et les dynamiques en cours, sous forme de conflits ou de risques terroristes plus ou moins menaçants pour l’équilibre mondial. En premier lieu, l’auteur dresse un tableau du nouvel équilibre géostratégique et de l’état des forces militaires des grandes puissances. Si « l’hyperpuissance américaine» reste dominatrice, elle a aussi ses limites, tandis qu’on assiste à une certaine « renaissance de la puissance militaire russe » et que l’Inde et la Chine modernisent leur outil militaire afin de contrôler leur espace régional.

3 La deuxième partie intitulée « géostratégie de la guerre et de la paix » étudie avec précision les nouvelles formes de conflits armés. On y apprend que si le nombre de conflits a diminué depuis la fin de la guerre froide, leur nature a par contre profondément changé. Il y a désormais beaucoup moins de conflits entre États, alors que se sont multipliés les conflits intraétatiques qualifiés de « guerres du chaos », particulièrement meurtrières pour les populations civiles. Ces « zones grises » se concentrent dans un vaste arc de crise allant de l’Afrique subsaharienne (Burundi, Soudan, Somalie) à l’Asie orientale (Mindanao, Birmanie) en passant par le Moyen-Orient (territoires palestiniens, Kurdistan, Irak, Afghanistan) et le subcontinent indien (Pakistan, Cachemire).

4Les conflits armés ont de multiples conséquences sur les sociétés civiles qu’ils déstabilisent; ce qui se traduit par le gonflement du nombre de personnes déplacées. Si l’affaiblissement de l’État est toujours un facteur essentiel à l’origine des conflits intraétatiques, ceux-ci trouvent également leur source dans les inégalités de développement, aggravées par la volonté de captation de certaines ressources naturelles (la malédiction des ressources), ou dans la volonté de remettre en cause des frontières contestées héritées de la colonisation (Erythrée par exemple). Face au développement de ces zones grises, la communauté internationale est plus active à travers des missions de paix de plus en plus complexes qui ne sont plus seulement portées par l’ONU, mais aussi, en proportion croissante, par des acteurs comme l’OTAN, l’Union européenne, l’Union africaine, ou même des sociétés militaires privées.

5La troisième partie consacrée aux « défis stratégiques pour la sécurité mondiale » est une étude des risques et des menaces nombreuses qui caractérisent le monde de l’après 11 septembre 2001. L’essor de la menace terroriste fait l’objet d’une étude détaillée et, malgré les nécessaires incertitudes concernant les « acteurs », d’une véritable géographie très éclairante sur les stratégies territoriales et les fondements de ce « mal qui répand la terreur ». La terreur, c’est bien aussi ce que cherchent à inspirer certains États ou organisations qui veulent se doter d’armes de destructions massives dont les risques de prolifération, particulièrement importants en ce début de XXIè s., sont étudiés en détail.

6L’environnement lui-même constitue une « source de tensions » dans la mesure où la surexploitation des ressources naturelles et le réchauffement climatique créent des risques supplémentaires de déstabilisation des sociétés et de dégradation environnementale, alimentant à l’occasion « l’écocatastrophisme ». Il en résulte des « conflits verts » ayant trait à la pénurie des ressources environnementales (eau et bois notamment), plus ou moins exacerbés par les réactions identitaires des groupes ethniques et les politiques discriminatoires d’accès à des ressources raréfiées. De façon plus directe, les opérations militaires affectent aussi souvent fortement l’environnement que les armées ont de tous temps utilisé comme arme pour affaiblir l’ennemi.

7Au total, c’est un monde très inquiétant que nous décrit Philippe Boulanger. Mais sur tous les sujets graves qui sont abordés, l’auteur apporte toujours un éclairage scientifique très solide qui redonne ses lettres de noblesse à la géographie militaire et permet au citoyen de mieux comprendre les dessous de la plupart des grands enjeux contemporains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Deshaies, « Philippe Boulanger, 2011, Géographie militaire et géostratégie, enjeux et crises du monde contemporain », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 51 / 1-2 | 2011, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rge.revues.org/3322

Haut de page

Auteur

Michel Deshaies

Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org