Navigation – Plan du site

Rurbanisation de la campagne. Espaces récréatifs dans la région du Mont Riding, Manitoba, Canada

Postsuburbia in the countryside. Recreational landscapes in the Riding Mountain region, Manitoba, Canada
Postsuburbia im ländlichen Raum : Erholungslandschaften in der Riding Mountain Region, Manitoba, Kanada
Christoph Stadel
Traduction de Florence Smits
p. 187-194

Résumés

Sous l’influence de nouveaux processus et forces, les villes n’offrent plus leurs limites spatiales, socio-économiques et mentales traditionnelles mais ont créé des « patchworks » de paysages urbains-ruraux. Le domaine de l’urbain est devenu plus vaste et, dans ce contexte, les aires récréatives périurbaines tendent à offrir simultanément (souvent sur une base saisonnière) des caractéristiques urbaines et celles de régions rurales, voire même naturelles.
Au Canada, l’habitude est fortement ancrée de passer la saison estivale au « chalet » (résidence secondaire), près du lac. Ces lieux de villégiature établis en forêt et/ou près d’un lac ont toujours été liés à de grandes villes, par train d’abord, puis, et de manière plus efficace par autoroutes, voire même par avion. Au Manitoba, la région du Mont Riding, avec ses lacs et ses massifs forestiers, est devenue une destination prisée lors de la saison estivale dès le début du XXe siècle. Lorsque le parc national du Mont Riding fut créé en 1930, les lotissements existants et à venir des rives du Lac Clear sont passés sous juridiction et réglementation fédérales. Depuis les années 1970, de nouveaux lotissements de chalets ont été créés en dehors des limites du parc national dans les municipalités rurales voisines.
Ces développements immobiliers périurbains sont désormais souvent occupés toute l’année, soit en tant que résidence secondaire, soit en tant que résidence principale par des navetteurs ou par des retraités. De ce fait, dans la marge sud du Parc et dans les espaces voisins, un paysage périurbain s’est surimposé au paysage naturel ou rural-agricole. Cela constitue un des multiples aspects de la rurbanisation du continuum urbain-rural d’un domaine urbain en extension.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 10 novembre 2005, accepté le 20 janvier 2006.

Texte intégral

Introduction

1Sous l’influence de nouveaux processus et forces, les villes, depuis plusieurs années déjà, n’offrent plus leurs limites spatiales, socio-économiques et mentales traditionnelles mais ont créé des paysages urbains à la fois contigus et non contigus. Dans la littérature, ces paysages de l’aire moderne ou post moderne, qui sont nouveaux ou qui sont perçus comme tels, ont reçu différentes appellations : urban edge ou marge urbaine (Garreau, 1991 ; Beauregard, 1995 ; Nicol et Halseth (2000), villes tentaculaires, frange urbaine-rurale (Bryant, Russwurm et McLellan, 1982), périphéries urbaines (Stadel, 2004), continuum urbain-rural et, plus récemment, rurbanisation (Kling, Olin et Poster, 1991 ; Burdack, 2001 ; Priebs, 2001 ; Borsdorf, 2004). L’amélioration de la mobilité et de l’accessibilité, l’évolution des conditions économiques et des aménités (Coppack, 1988), la constitution de réseaux régionaux et urbains ainsi que de nouveaux comportements et habitudes de vie sont parmi les différents facteurs et forces à l’origine de la formation de ces nouvelles frontières urbaines ou de ces paysages para-urbains.

2Les banlieues peuvent être décrites comme « un espace périphérique situé dans la zone d’extension des trajets pendulaires domicile-travail d’une ville mais constituant, souvent, une entité politique distincte de celle-ci » (Johnston et al., 2000 : 805) ou comme « l’incarnation d’un idéal commun : l’essai de marier la ville et la campagne et de créer, pour les classes moyennes, une culture moyenne dans des espaces moyens (Silverstone, 1997 : 4).

3La rurbanisation, qui est une expression de l’« urbanisme post-moderne » (Dear et Flusty, 1998) peut, à son tour, être considérée comme un « patchwork de paysages urbains et ruraux » composés d’archipels urbains, d’axes commerciaux, de parcs industriels ou de regroupements résidentiels ou récréatifs et de zones restant « vertes », consacrées à la préservation de l’agriculture ou de la nature. Burdack (2001 : 189) considère que « l’étape du développement périurbain » est marquée par une amélioration fonctionnelle de la périphérie, par une croissance qui est plus qualitative que quantitative, par des interactions multiples au sein de la périphérie et par des structures spatiales décentralisées ayant des localisations dispersées et différenciées selon les activités. L’arrière pays récréatif dans les marges des zones urbaines remplit clairement nombre de ces conditions. Dans de nombreux cas, les sociétés urbaines orientées vers les loisirs ont créé des regroupements périurbains de résidences principales et secondaires, disposant de leurs réseaux d’approvisionnement, dans des espaces ruraux offrant de superbes paysages et/ou un potentiel récréatif. Elles ont souvent été aidées en cela par des hommes politiques ambitieux, des propriétaires entreprenants et des promoteurs, (Hatzfeld, 2001). Au-delà de la transformation paysagère, des formes plus insidieuses de changement peuvent être observées : mutations de propriété, spéculation foncière, changements démographiques et socio-économiques, nouveaux comportements de contrôle politique et économique, surimposition de nouveaux modes de vie sur les anciens.

I. La rurbanisation de loisirs et récréative au Canada

4« Le « lac » et « le chalet » sont deux termes géographiques génériques imprécis qui sont devenus partie intégrante du lexique récréatif de la classe moyenne canadienne (…). Durant les mois d’été, les vendredis soirs, les autoroutes menant aux différents ensembles riverains des lacs sont embouteillées par les personnes fuyant le bruit, la chaleur et la pollution des métropoles, à la recherche de paix, de tranquillité et de leur « chalet » au « lac » au sein d’une banlieue qui se développe dans la nature « vierge » » (Lehr, Selwood et Badiuk, 1991 : 47).

5La quête d’espaces de vie plus grands, de zones « vertes », de cours d’eau attractifs, d’environnements forestiers ou lacustres, d’air pur et de lieux plus calmes a longtemps été un rêve pour les banlieusards (Hidge, 1970 ; Wall, 1989). Dans le passé, la plupart du temps, ce rêve ne pouvait être réalisé que par des personnes très aisées sous la forme de « villas » ou de domaines, conçus pour y passer soit de longues vacances d’été ou soit y vivre pratiquement toute l’année. Dans les pays scandinaves et en Amérique du Nord, le rêve de la possession d’un « chalet », devenu une sorte d’obsession estivale au Canada, est devenu une réalité pour beaucoup car les forêts et les lacs sont très nombreux et le goût pour des séjours dans la nature sauvage en été est développé (Gordon, 1989). Les marges formées par les espaces des chalets et résidences secondaires, même si on a cherché à recréer les styles architecturaux des bâtiments ruraux et un mode de vie quasi-rural, ont toujours clairement été une extension de la vie urbaine

6Dès 1974, Clout suggérait d’inclure ces zones de loisirs dans les concepts et modèles de croissance urbaine et régionale. Il estime que les zones de chalets peuvent être conçues comme une rurbanisation saisonnière se passant à la périphérie du champ urbain. En 1977, Coppick voit dans les résidences secondaires à la fois une malédiction et une bénédiction. Dans son modèle de l’usage de l’espace récréatif autour de la ville de Québec, RAJOTTE (1975) distingue une première couronne destinée aux week-end, qu’elle nomme la zone de villégiature, d’une deuxième couronne principalement destinée aux vacances, où les équipements sont moins lourds. Cependant, Lundgren (1989) remarque que l’espace de jeux des villes, même pour les courts séjours, s’étend.

« Au fil du temps, les espaces utilisés à des fins récréatives ont évolué. La croissance métropolitaine conquière les espaces les plus accessibles : de nouvelles voies de communication plus rapides étendent la pression récréative toujours plus loin en périphérie et distordent les schémas concentriques. L’utilisation et l’exploitation excessives des aménités naturelles dans les espaces les plus accessibles poussent les gens à aller toujours plus loin. De nouvelles formes de transport, comme les petits avions ou les 4x4, permettent aux « aires de jeux » des citadins d’être situées dans des zones jusque là vierges » (Lundgren, 1989 : 143).

Figure 1 : Portait du pays des chalets et du « monde extérieur ».

Figure 1 : Portait du pays des chalets et du « monde extérieur ».

7Ainsi, les tentacules de la croissance banlieusarde et périurbaine des grandes villes ont infiltré les zones où sont construits les chalets. Parallèlement, l’amélioration de la motorisation a permis de concevoir de nouvelles zones de chalets dans des zones de plus en plus reculées, souvent à grande distance de la ville. Stadel et Selwood (1996) présentent la concentration des résidences secondaires sur les rives du Lac Winnipeg et dans la région du Mont Riding au Manitoba comme étant une « Banlieue à la campagne » ; Lehr, Selwood et Goatscher (1984) vont même jusqu’à appeler la zone des chalets comme la « banlieue naturelle ou sauvage ». Cette rurbanisation à usage récréatif est marquée par plusieurs traits dominants : un développement immobilier de grande ampleur situé dans des espaces de choix et souvent réalisé par des investisseurs ou des constructeurs étrangers à la zone, une architecture et des infrastructures comparables à celles que l’on trouve en banlieue, des prix du foncier et de l’habitat exorbitants au sein d’un marché immobilier qui offre des caractéristiques identiques à celles du marché urbain, des maisons de luxe toujours plus grandes à même de rivaliser avec celles des banlieues les plus chics, une zone de migrations pendulaires toujours plus vaste, dépassant souvent l’aire de service de la ville allant jusqu’à attirer une clientèle de plus en plus mobile venant d’une zone toujours plus vaste, y compris de l’étranger.

8La tradition canadienne de bâtir ou d’utiliser des « chalets » est antérieure à l’ère du chemin de fer dans certaines parties du pays. La construction de chalets enregistra un premier boom lorsque les premières lignes de chemin de fer à usage récréatif offrirent une liaison efficace entre les grandes villes et les rives des lacs situés à proximité. Cependant, l’extension et la généralisation des chalets ont explosé au cours des 50 dernières années avec la généralisation de l’automobile, l’amélioration et l’extension du réseau routier, l’augmentation des revenus et l’importance croissante du temps consacré aux loisirs et aux vacances. Ces éléments ont permis à beaucoup de Canadiens non seulement de se rendre dans les espaces verts où sont bâties des résidences de grande banlieue mais aussi dans les aires de jeux périurbaines des lacs et des forêts.

9Actuellement, l’occupation des chalets n’est plus restreinte aux seuls mois d’été. L’intérêt croissant pour les loisirs hivernaux a conduit beaucoup de Canadiens à améliorer et à isoler leurs chalets afin de pouvoir les occuper toute l’année. Cependant, dans certains cas, les règlements d’urbanisme limitent l’occupation des chalets : elle doit être saisonnière et être à fins récréatives. Les chalets, autrefois utilisés seulement durant l’été, ont fréquemment été transformés en résidence principale, souvent pour pouvoir y passer sa retraite ou, dans le cas de ceux que l’on appelle les « oiseaux d’hiver canadiens », pour y séjourner l’été après avoir passé l’hiver dans le sud des Etats-Unis ou au Mexique (Halseth et Rosenberg, 1993).

10En dépit de ces tendances de l’urbanisation, dans l’esprit de beaucoup de gens, les chalets sont des endroits d’évasion qui sont immuables et hors du temps. Ils procurent un sentiment de paix, de calme, d’intimité, de sécurité, de relaxation, et sont « un antidote à la ville ». Cependant, même au Canada, les endroits d’évasion les plus prisés sont devenus des marchés immobiliers très convoités, où les prix sont comparables à ceux des maisons de banlieue les plus chères. Ainsi, dans l’arrière pays récréatif des villes et sur les rives des lacs, une stratification économique et sociale, comparable à celle de la banlieue, peut être observée.

11Dans les anciennes régions rurales en crise, qui avaient un potentiel économique limité, l’apparition d’une rurbanisation orientée vers les loisirs et les vacances a été, en général, accueillie comme une panacée propice au développement et au progrès. Les revenus tirés des taxes foncières sur les chalets ont fortement augmenté au cours des dernières décennies et atteignent aujourd’hui souvent le niveau des banlieues. Cela a considérablement accru la viabilité financière des municipalités rurales et leur a permis de mettre en place des infrastructures et des services dont la qualité est comparable à celle des villes. En même temps cependant, en plus des difficiles questions des impacts environnementaux (notamment en terme d’approvisionnement en eau et de traitement des déchets et des eaux usées) « les différences culturelles entre les résidents et les visiteurs (…) n’engendrent pas que des conséquences positives. Des conflits peuvent parfois surgir entre les valeurs rurales des populations locales des zones de villégiature et les valeurs urbaines ou métropolitaines de la plupart des visiteurs (…) » (Keogh, 1989 : 256).

12Ces différences viennent essentiellement du fait que les résidents de longue date ont dû exploiter ces espaces (agriculture, pêche, petit commerce) alors que pour les occupants des chalets, l’eau et la terre sont considérés comme des terrains de jeux, destinés aux loisirs. De plus, ces deux groupes de personnes peuvent avoir des perceptions des besoins en terme d’aménagement du territoire et des priorités de développement économique pour la région ainsi que des points de vue politiques différents (Stadel, Selwood, 1996 : 313). Cette surimposition de valeurs et d’attitudes urbaines modernes sur d’autres plus traditionnellement rurales a conduit à une « géographie sociale du changement et de la controverse dans les campagnes à usage récréativo-rural » (Halseth, 1998) et à une forte concurrence entre une multitude de partenaires, valeurs et usages. Elle constitue un défi pour les représentants politiques locaux. Ainsi, les « associations de propriétaires de chalets », auparavant surtout soucieuses des intérêts récréatifs collectifs d’une population saisonnière, sont de plus en plus impliquées dans les débats généraux sur les questions d’aménagement local et régional.

II. Les paysages périurbains de villégiature dans la région du Mont Riding au Manitoba

13Le Manitoba offre une longue histoire dans le domaine des chalets et les Manitobains sont parmi les Canadiens qui fréquentent le plus les chalets : près de 10 % des ménages en possèdent un. La province jouit d’une grande variété de très beaux paysages, notamment de très nombreux lacs et de très importantes forêts, souvent situés à proximité des centres urbains. Lehr, Selwood et Badiuk (1991) ont montré que des liens à la fois anciens et forts existaient entre Winnipeg et les zones de chalets des rives du Lac Winnipeg et du Lac of the Wood en Ontario. Le long du sud du lac Winnipeg, dès le début du XXe siècle, des lotissements de chalets furent établis, en grande partie encouragés par l’édification de la principale voie ferrée du Canadian Pacific et son extension à des fins récréatives entre Winnipeg et Winnipeg Beach. Ces premiers ensembles furent développés tant par la compagnie ferroviaire que par des investisseurs de Winnipeg afin de répondre à la demande d’une élite urbaine.

14Alors que les espaces des chalets du Lac Winnipeg furent, dès le début, situés au sein de l’arrière-pays récréatif de Winnipeg, les développements ultérieurs de l’ouest du Manitoba sont des extensions récréatives de villes du Manitoba et de la Saskatchewan, qui sont à la fois plus petites et plus nombreuses que Winnipeg. Comparées aux lotissements de chalets du lac Winnipeg, les résidences secondaires de l’ouest du Manitoba se sont développées de manière plus modeste, plus ponctuelle et de manière beaucoup moins organisée depuis les années 1920. A la différence des ensembles de Winnipeg Beach, le développement des chalets dans les hautes terres de l’ouest du Manitoba n’est pas lié au chemin de fer. Ces chalets constituent « l’arrière pays récréatif de l’ère de l’automobile » (Everitt, 1981). Le principal lieu de convergence des activités récréatives estivales est la région du Mont Riding (figure 2), un espace ponctué de petits lacs et d’une importance forêt mixte. Le Lac Clear, avec ses vues spectaculaires, attire notamment aussi bien des visiteurs journaliers que des campeurs ou des constructeurs de chalets, notamment depuis la construction de l’autoroute 10. L’établissement du parc national du Mont Riding en 1930 peut être considéré à la fois comme une barrière à la poursuite d’une activité de construction à usage récréatif et comme un attrait supplémentaire pour les urbains en quête de nature (figure 3).

Figure 2 : Situation de la région du Mont Riding.

Figure 2 : Situation de la région du Mont Riding.

Conception : W. Gruber.

Figure 3 : Les aménagements des zones de villégiature de Lac Clear et d’Onanole.

Figure 3 : Les aménagements des zones de villégiature de Lac Clear et d’Onanole.

15À l’origine, étant principalement conçus comme un « terrain de jeux », devant être utilisé par tous les Canadiens, les chalets pré-existants dans le Parc furent tolérés et bénéficièrent de baux à long terme (Photo 1). Le plan directeur de 1931 prévoyait une augmentation substantielle des lotissements de chalets, un terrain de camping et une zone d’activité dans la ville de Wasagaming (Stadel, 1992).

Photo 1 : Les chalets traditionnels sur le bord d’un lac, Wasagaming.

Photo 1 : Les chalets traditionnels sur le bord d’un lac, Wasagaming.

Photo : C. Stadel, 2003.

16Au fil des décennies suivantes, cet ensemble fut considérablement développé : création de nouveaux lotissements de chalets (figure 4) pouvant en accueillir 260, construction de 35 nouveaux terrains de camping tout équipés, édification d’un quartier complet destiné aux services et au commerce à Wasagaming (Photo 2) et amélioration substantielle des équipements d’un terrain de camping saisonnier sur le lac Clear pour lui permettre de compter 520 emplacements (Photo 3).

17La demande croissante de résidences secondaires depuis les années 1960 et le gel de l’extension des chalets disséminés dans le Parc du Mont Riding se sont traduits par une diffusion spatiale des résidences secondaires en dehors des limites du Parc (Fig. 5).

Photo 2 : La ville de Wasagaming, le cœur commercial.

Photo 2 : La ville de Wasagaming, le cœur commercial.

Photo C. Stadel, 2004.

Photo 3 : le terrain de camping de Wasagaming (anciennement le terrain de camping saisonnier du Lac Clear).

Photo 3 : le terrain de camping de Wasagaming (anciennement le terrain de camping saisonnier du Lac Clear).

Photo C. Stadel, 2004.

Figure 4 : Le zonage à Wasagaming.

Figure 4 : Le zonage à Wasagaming.

Figure 5 : Les lotissements de chalets, Onanole, Municipalité rurale de Park.

Figure 5 : Les lotissements de chalets, Onanole, Municipalité rurale de Park.

Source : R.M. of Park, 2004.

18Ce processus de diffusion fut accentué car l’utilisation des chalets au sein du Parc national du Mont Riding est désormais restreinte à une période comprise entre le 1er avril et le 31 octobre. Or de plus en plus de gens souhaitent pourvoir utiliser leur chalet toute l’année, notamment pour pratiquer les différents sports d’hiver. Cela a conduit les investisseurs fonciers et les promoteurs à promouvoir l’aménité paysagère d’une résidence située en forêt. Les acheteurs appréciaient également d’acheter des lots, dont la taille allait d’un tiers d’acre à environ 5 acres (2,5 acres = 1 ha.) en tant que nouvelle forme d’investissement. Ainsi, depuis les années 1970, on assiste à un boom immobilier dans les zones forestières à la marge sud du Parc national du Mont Riding, à proximité immédiate de l’autoroute 10. La prolifération de nouveaux lotissements satisfait les désirs des professions libérales et des autres personnes relativement aisées, pour la plupart issues des villes de Brandon (distante d’environ 100 km) et de Winnipeg (à environ 255 km). Ces lotissements prennent de plus en plus l’apparence des banlieues et des zones périurbaines chics (Photo 4) ; dans les faits, la plupart peuvent être considérés comme des extensions postmodernes du domaine urbain.

19Dans ce processus, le gouvernement local du District de Park, longtemps négligeable sur le plan économique, a reçu un formidable coup de fouet avec les très importants revenus d’impôts (Photo 5).

Photo 4 : Une propriété dans la zone des chalets, Municipalité rurale de Park.

Photo 4 : Une propriété dans la zone des chalets, Municipalité rurale de Park.

Photo C. Stadel, 2003.

Photo 5 : Bâtiment administratif, Municipalité rurale de Park.

Photo 5 : Bâtiment administratif, Municipalité rurale de Park.

Photo C. Stadel, 2004.

20Alors que les anciennes zones naturelles et agricoles ont rapidement été transformées en une zone périurbaine à caractère récréatif composée d’une dizaine de lotissements majeurs, soit environ 1 000 lots, les petites aires de services locales sur les autoroutes et à proximité des lotissements (soit le village d’Onanole) – autrefois promises à devenir des villes fantômes — ont bénéficié d’un nouveau départ économique. A cela il faut ajouter que de nouvelles artères commerciales, plus spécifiquement orientées vers les loisirs (comme le centre commercial Sportsman Park — Photo 6), ont été développées le long de l’autoroute 10. Elles s’ajoutent à l’édification de chalets à louer, d’un terrain pour les mobiles homes, d’un cinéma de plein air, d’un golf, d’un mini-golf, d’un bowling, de restaurants, de cafés, de magasins d’alimentation et de bricolage, de glaciers et d’antiquaires. Ce choix et cet assortiment ne reflètent plus l’ancienne fonction de place centrale d’une zone rurale, mais satisfait plutôt les besoins d’une population urbaine en villégiature (South Riding Mountain Planning Board, 1983).

Photo 6 : Le centre commercial de Sportsman’s Park.

Photo 6 : Le centre commercial de Sportsman’s Park.

Photo C. Stadel, 2004.

21Alors que les acteurs marchands répondirent rapidement aux attentes de cette nouvelle clientèle urbaine, les municipalités rurales — hormis pour l’encaissement des taxes foncières — semblent avoir été assez lentes à s’adapter à ces nouvelles réalités socio-économiques. Cela a été accentué par le fait que la plupart de ces villégiateurs n’étaient pas comptabilisés dans les recensements, qui ne les enregistraient qu’à leur lieu de résidence principal. De surcroît, ils n’étaient pas représentés dans les conseils municipaux ou, dans le cas des villégiateurs résidant de manière permanente dans les municipalités, électeurs et éligibles au sein d’un système électoral régional.

22Ainsi, alors même que ces néo-villégiateurs étaient nettement plus nombreux que les résidents de longue date, au moins durant les mois d’été, leurs préoccupations, leurs souhaits et leurs priorités en terme d’aménagement notamment n’étaient guère pris en compte. Ce n’est que récemment que la municipalité rurale de Park a pris conscience du fait que son système de traitement des déchets et des eaux usées, de même que celui d’approvisionnement en eau devaient être améliorés afin d’atteindre un « niveau urbain ». Depuis peu, le gouvernement fédéral — à travers l’agence administrative du Parc national du Mont Riding — les autorités provinciales et la municipalité se sont engagés dans des débats constructifs pour une collaboration fructueuse et partagent les coûts et les équipements. Cela donne des résultats positifs tant en terme d’infrastructures que de services.

23L’invasion des zones fragiles sur le plan écologique et culturel par une rurbanisation orientée vers les loisirs et la villégiature a pendant un temps posé la question de la limite de capacité du milieu. Il a notamment été question des impacts environnementaux négatifs, de la nécessaire protection des habitats naturels ainsi que de la pression croissante exercée sur le parc national voisin, son environnement et ses services. Le développement de nouveaux chalets devrait être plus fortement contrôlé et la taille minimale d’un lot devrait être portée à un acre (0,4 ha.), car « la disposition structurée et ordonnée de petits lotissements, plus typique des zones urbaines, ne se fond généralement pas dans l’environnement naturel » (KGS Group et Scatliff Associates, 1994 : 1). Un débat important s’est également engagé sur la nécessité de construire de nouvelles routes, d’apporter l’éclairage urbain, de fournir des sites de dépôt d’ordures et de nouvelles infrastructures de loisirs. Néanmoins, le système traditionnel des pompes hydrauliques et des fosses septiques est appelé à être remplacé par un réseau collectif d’approvisionnement en eau et un réseau d’égouts.

Conclusion

24Selon Lucy et Phillips (1997 : 273) « les villes, les banlieues, les zones périurbaines et les zones agricoles constituent un réseau intégré de relations ». L’émergence de nouvelles formes et modes de lotissement des chalets, les commerces qui leur sont liés, l’évolution socio-économique du profil de la population vivant à la campagne, tout comme l’intrusion des perceptions et modes de vie urbains et du lobbying politique laissent penser que ces zones de loisirs deviennent un élément important de ces réseaux urbains et régionaux (Ragatz, 1970) et qu’ils peuvent être considérés comme étant une part complète du continuum urbain-rural périurbain. Les espaces des chalets peuvent être considérés, dans un contexte géographico-spatial et socio-économique non spatial, comme étant des « edge landscapes » (aires de marge) incarnant de « nouvelles opportunités pour l’investissement et le re-développement » (Nicol et Halseth, 2000 : V) et exhibant les traits du design postmoderne des chalets. Les zones de chalets au Canada, même si elles ont une longue tradition, ont connu d’importants changements au fil du temps. L’implantation des chalets s’est fortement développée sur le plan spatial vers de nouvelles zones, souvent plus éloignées des villes. La vie traditionnellement estivale dans des chalets près d’un lac a été remplacée par une forme annuelle d’occupation para-urbaine dans des zones exceptionnelles offrant de superbes paysages. De manière croissante, les lotissements de chalets ressemblent aux zones de banlieues ou aux zones périurbaines et forment la facette récréative du nouveau continuum urbain-rural qui se développe. A de multiples titres, cette nouvelle forme de propriétés destinées aux loisirs présente les traits caractéristiques de la « rurbanisation para-urbaine » :

« Les zones rurales à usage récréatif sont un paysage divisé à la fois géographiquement et socialement, avec des chalets et des zones de loisirs disséminés au sein d’un cadre plus large orienté vers le rural et l’agriculture. Dans la campagne, la conversion des chalets de résidence estivale en résidence utilisée toute l’année est une dynamique à l’origine de l’arrivée de nombreux nouveaux arrivants » (Halseth, 1998 : 223).

25La croissance des prix des terrains, des équipements et des chalets risque de diminuer la capacité des résidents ruraux à concurrencer les élites urbaines pour l’accès à la terre et aux décisions. Elle est également susceptible d’accroître les différences socio-économiques entre les résidents locaux et les propriétaires de chalets et peut affaiblir le pouvoir politique des municipalités rurales au profit des associations de propriétaires de chalets, qui sont déjà fort influentes et très compétentes. Cependant, il semble évident qu’émerge un climat de respect mutuel, de confiance et de coopération entre les différents propriétaires urbains et ruraux dans ces zones rurales et de loisirs de l’espace urbain. Il s’ajoute au remplacement de la dichotomie classique entre espaces urbains et espaces ruraux par un continuum urbain-rural et à l’émergence de nouvelles formes de coopérations régionales.

Haut de page

Bibliographie

Beauregard R. (1995). — « Edge cities : peripheralizing the center », Urban Geography 16, pp. 708-721.

Borsdorf A. (2004). — « On the way to post-suburbia. Changing structures in the outskirts of European cities », In : Borsdorf A. & Zembri P. (eds.) : European Cities. Insightson Outskirts. Structures. Brussels : COST Office, pp. 7-30.

Bryant C.R., Russwurm L.H. & McLellan A.G. (1982). — The City’s Countryside : Land and its Management in theRural-Urban Fringe. London : Longman.

Burdack J. (2001). — « Die städtische Peripherie zwischen ‘suburbanen’ und ‚posturbanen’ Entwicklungen », Berichte zur deutschen Landeskunde 75,2,3, pp. 188-196.

Clout H.D. (1974). — « The Growth of Second-Home Ownership : An Example of Seasonal Suburbanization ». In : Johnson J.H. (ed.), Suburban Growth – GeographicalProcesses at the Edge of the Western City. London : Longman, pp. 101-127.

Coppack P.M. (1988). — « Reflections on the Role of Amenity in the Evolution of the Urban Field », Geografiska Annaler 70B, 3, pp. 353-361.

Coppick J.T. (ed.) (1977). — Second Homes : Curse orBlessing. Oxford : Pergamon.

Dear M. & Flusty S. (1998). — « Postmodern Urbanism », Annals of the Association of American Geographers 88,1, pp. 50-72.

Everitt J.C. (1981). — « Cottage Development in Southwest Manitoba : A Recreational Hinterland of the Automobile Era ». In : Hugill P.J. (ed.) : The Impact of TransportTechnology on Tourist Landscapes, Texas, A&M. University.

Garreau J. (1991). — Edge City. New York : Doubleday.

Gordon C. (1998). — At the Cottage : a Fearless look atCanada’s Summer Obsession. Toronto : McClelland and Stewart.

Halseth G. (1998). — Cottage Country in Transition. ASocial Geography of Change and Contention in the Rural-Recreational Countryside. Montreal and Kingston : McGill-Queens University Press.

Halseth G. & Rosenberg M.W. (1993). — RecreationalHome Conversion in Canada. Kingston : Queen’s University.

Hatzfeld U. (2001). — « Freizeitsuburbanisierung. – Löst sich die Freizeit aus der Stadt ? », In : Brake, K, Dangschat J. S. and Herfert G. (eds.) : Suburbanisierung in Deutschland.Aktuelle Tendenzen. Opladen, pp. 81-95.

Hidge G. (1970). — Cottaging in the Toronto Urban Field : AProbe of Structure and Behaviour. Toronto : University of Toronto.

Johnston R.J. et al. (eds.) (2000). — The Dictionary ofHuman Geography, 4th ed., Oxford : Blackwell.

Keogh B. (1989). — « Social Impacts ». In : Wall G. (ed.) : Outdoor Recreation in Canada. Toronto : Wiley,
pp. 231-275.

KGS Group and Scatliff Associates (1994). — Residential Development Guidelines.

Kling R., Olin S. & Poster M. (eds.) (1991). — The emergence of Postsuburbia : An Introduction. Berkeley.

Lehr J.C., Selwood J.H. & Badiuk E. (1991). — « Ethnicity, religion, and class as elements in the evolution of Lake Winnipeg resorts », The Canadian Geographer, 35, 1, pp. 46-58.

Lehr J.C., Selwood J.H. & Goatscher R. (1984). — « Wilderness Suburbias : Winnipeggers and their Vacation Homes », Bulletin, Association of North Dakota Geographers 34, pp. 17-23.

Lucy. W. H. &Phillips D.L. (1997). — « The post-suburban era comes to Richmond : city decline, suburban transition, and exurban growth », Landscape and Urban Planning 36, pp. 259-275.

Lundgren J. (1989). — Patterns. In : Wall, G. (ed.) : OutdoorRecreation in Canada. Toronto : Wiley.

Nicol H. & Halseth G. (eds.) (2000). — (Re) Development at the Urban Edges. Reflections on the Canadian Experience. Waterloo : University of Waterloo.

Parks Canada (no year) : Wasagaming Community Plan. A Framework for Managing Land-use and Development in Wasagaming, Manitoba. Riding Mountain National Park (no location).

Priebs A. (2001). — « Postsuburbia – « Herausforderungen für stadtregionales Management ». In : AG der Regionalverbände in Ballungsräumen und Kommunalverband Großraum Hannover (eds) : Postsuburbia - Herausforderungen für stadtregionales Management, Beiträge zur regionalen Entwicklung 90, pp. 7-11.

Ragatz R.L. (1970). — « Vacation Housing : A Missing Component in Urban and Regional Theory », Land Economics, 46, pp. 118-126.

Rajotte F. (1975). — The different travel patterns and spatialframework of recreation and tourism. In : Helleiner, F. (ed.) : Tourism as a factor in national and regional development. Peterborough : Trent University.

Selwood J.H., Badiuk E. & Lehr J.C. (1983). — « Victoria Beach : Company Resort Town », Bulletin, Association of North Dakota Geographers 33, pp. 31-17.

Silverstone R. (1997) — Visions of suburbia. London : Routledge.

South Riding Mountain Planning Board (1983) — The South Riding Mountain Planning District. Winnipeg : Underwood, McLellan.

Stadel C. (1992). — « The seasonal resort of Wasagaming, Riding Mountain National Park, Manitoba », In : Selwood, J.H. and Lehr, J.C. (eds.) : Reflections from the Prairies. Geographical Essays. Winnipeg : University of Winnipeg, pp. 61-72.

Stadel C. (1996). — « Wasagaming ». In : Welsted J. Everitt J.C. & Stadel C. (eds.), A Geography of Manitoba : Its Landand its People. Winnipeg : University of Manitoba Press, pp. 289-300.

Stadel C. (2004). — « Processes and forces affecting the dynamics of the outskirts of European cities ». In : Franzén M. & Halleux J.M. (eds.) : European Cities. Insights onOutskirts. Dynamics. Brussels : COST Office, pp. 19-31.

Stadel C. & Selwood J.H. (1996). — « Suburbia in the Countryside. Cottages and Cottage Dwellers in Canada ». Berliner Geographische Studien 44, pp. 311-324.

Wall G. (ed.) (1989). — Outdoor Recreation in Canada.Toronto : Wiley.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Portait du pays des chalets et du « monde extérieur ».
URL http://rge.revues.org/docannexe/image/298/img-1.png
Fichier image/png, 29k
Titre Figure 2 : Situation de la région du Mont Riding.
Crédits Conception : W. Gruber.
URL http://rge.revues.org/docannexe/image/298/img-2.png
Fichier image/png, 57k
Titre Figure 3 : Les aménagements des zones de villégiature de Lac Clear et d’Onanole.
URL http://rge.revues.org/docannexe/image/298/img-3.png
Fichier image/png, 231k
Titre Photo 1 : Les chalets traditionnels sur le bord d’un lac, Wasagaming.
Crédits Photo : C. Stadel, 2003.
URL http://rge.revues.org/docannexe/image/298/img-4.png
Fichier image/png, 120k
Titre Photo 2 : La ville de Wasagaming, le cœur commercial.
Crédits Photo C. Stadel, 2004.
URL http://rge.revues.org/docannexe/image/298/img-5.png
Fichier image/png, 96k
Titre Photo 3 : le terrain de camping de Wasagaming (anciennement le terrain de camping saisonnier du Lac Clear).
Crédits Photo C. Stadel, 2004.
URL http://rge.revues.org/docannexe/image/298/img-6.png
Fichier image/png, 118k
Titre Figure 4 : Le zonage à Wasagaming.
URL http://rge.revues.org/docannexe/image/298/img-7.png
Fichier image/png, 95k
Titre Figure 5 : Les lotissements de chalets, Onanole, Municipalité rurale de Park.
Crédits Source : R.M. of Park, 2004.
URL http://rge.revues.org/docannexe/image/298/img-8.png
Fichier image/png, 37k
Titre Photo 4 : Une propriété dans la zone des chalets, Municipalité rurale de Park.
Crédits Photo C. Stadel, 2003.
URL http://rge.revues.org/docannexe/image/298/img-9.png
Fichier image/png, 101k
Titre Photo 5 : Bâtiment administratif, Municipalité rurale de Park.
Crédits Photo C. Stadel, 2004.
URL http://rge.revues.org/docannexe/image/298/img-10.png
Fichier image/png, 93k
Titre Photo 6 : Le centre commercial de Sportsman’s Park.
Crédits Photo C. Stadel, 2004.
URL http://rge.revues.org/docannexe/image/298/img-11.png
Fichier image/png, 109k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christoph Stadel, « Rurbanisation de la campagne. Espaces récréatifs dans la région du Mont Riding, Manitoba, Canada », Revue Géographique de l'Est, vol. 45 / 3-4 | 2005, 187-194.

Référence électronique

Christoph Stadel, « Rurbanisation de la campagne. Espaces récréatifs dans la région du Mont Riding, Manitoba, Canada », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 45 / 3-4 | 2005, mis en ligne le 13 mai 2009, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rge.revues.org/298

Haut de page

Auteur

Christoph Stadel

Universität von Salzburg, Hellbrunerstraße.34, 5020 Salzburg

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org