Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Simon Edelblutte, 2009, Paysages et territoires de l’industrie en Europe

Coll. Carrefours, Ellipses, Paris, 272 p.
Michel Deshaies
Référence(s) :

S. Edelblutte, 2009, Paysages et territoires de l’industrie en Europe, coll. Carrefours, Ellipses, Paris, 272 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Simon Edelblutte est à plus d’un titre original dans la mesure où il offre une synthèse sans équivalent sur les territoires de l’industrie en Europe, étudiés à toutes les échelles. En effet, à force de parler de désindustrialisation et de société post-industrielle, on en oublierait presque que l’industrie reste en Europe un secteur majeur d’emplois et de création de richesse et que beaucoup d’emplois du secteur tertiaire dépendent en fait de l’industrie. Si l’industrie continue à façonner des territoires, il est vrai aussi qu’en raison des évolutions technologiques et économiques, elle n’est plus aussi visible que dans le passé. Le grand intérêt de la démarche de Simon Edelblutte est qu’à travers de très nombreux exemples pris dans des pays et des territoires variés, il nous montre véritablement l’empreinte actuelle de l’industrie et les héritages paysagers qu’elle a laissé sur un continent où est née la Révolution industrielle et où se sont succédées plusieurs phases d’industrialisation de natures variées. Tout en replaçant les exemples étudiés dans le cadre théorique des évolutions économiques, l’auteur s’attache à montrer concrètement comment l’industrie a transformé certains territoires et surtout comment ils ont évolué en fonction des mutations industrielles. C’est donc une géographie de l’industrie s’inscrivant dans le temps long à travers notamment l’observation des paysages originaux qu’elle a produits.

2Rédigé dans un style clair, l’ouvrage séduit d’abord par la qualité et la richesse de ses illustrations qui sont d’une grande valeur pédagogique et scientifique. En dehors des 35 photos prises principalement sur les terrains de prédilection de l’auteur, la Lorraine, le Nord-Pas de Calais, l’Angleterre du Nord et la Belgique, l’ouvrage comporte pas moins de 70 figures et 12 planches thématiques composées elles-mêmes d’assemblages de photos commentées. Les figures, d’une grande variété, sont constituées de croquis, de plans, de cartes ou de croquis d’interprétation photographique et sont réalisées avec un soin extrême, témoignant de la maîtrise cartographique de l’auteur, toujours soucieux de fournir au lecteur des documents très facilement compréhensibles. Il faut aussi souligner la diversité des exemples traités et représentés dans l’illustration, même si les terrains de recherche principaux de l’auteur sont privilégiés. Il n’en reste pas moins que l’ouvrage comporte aussi de nombreuses références à l’Allemagne, à l’Europe centrale et orientale (Pologne, Autriche, République tchèque, Slovaquie, Russie), à l’Europe du Nord (Danemark, Suède, Finlande) comme à l’Europe du Sud (Italie, Espagne).

3Présenter un sujet aussi vaste que les paysages et les territoires de l’industrie en Europe sous un volume somme toute assez modeste constituait un véritable défi que l’auteur a relevé avec maestria en adoptant un plan logique en deux parties qui lui permet, sans être complètement exhaustif, de ne laisser de côté aucun élément important. La première partie présente, du point de vue de l’observateur de terrain, les territoires de l’industrie suivant un système d’emboitement d’échelles depuis le site industriel jusqu’au bassin ou au district, en passant par la ville-usine ou industrielle. Le lecteur est ainsi accompagné sur le terrain par un guide qui sait expliquer avec clarté, aussi bien la diversité des sites et des paysages industriels que la genèse des villes-usines, ou l’évolution de l’industrie à l’échelle des bassins ou des régions. Il en ressort le rappel d’un certain nombre de réalités concernant l’enracinement historique de l’activité industrielle dans certains territoires où s’est forgée une véritable culture industrielle, à l’image très démonstrative du Vorarlberg. Ce faisant, l’auteur conduit toute une réflexion extrêmement intéressante sur les raisons du décollage industriel et les évolutions des différents pays ou bassins devenus avec le temps anciennement industriels, post-industriels, ou de tradition industrielle, sans occulter la question des nouveaux pays industriels et l’influence des facteurs politiques.

4Après ce voyage d’étude à travers l’Europe industrielle de l’Atlantique à l’Oural (et même au-delà), l’auteur nous convie ensuite à comprendre l’évolution au cours du temps des territoires industriels soumis à un déclin et parfois à un renouveau à travers la reconversion. On pourrait y voir l’esquisse d’une théorie que l’auteur à juste titre se garde bien de formuler, pour rester fidèle à sa démarche très pragmatique d’observation du terrain qui fait justement ressortir la diversité des chemins résultant de la variété des situations géographiques et historiques. À travers des exemples bien choisis, il fait le diagnostic des modalités du déclin industriel et sa traduction paysagère. La spirale du déclin à l’origine de multiples problèmes à la fois sociaux et d’image pour la ville ou la région peut être enrayée par un processus de reconversion industrielle dont Simon Edelblutte montre les acteurs, les instruments et les étapes, principalement à travers les exemples français et britanniques, sans omettre toutefois quelques exemples pris en Allemagne, au Danemark et en Pologne. Il pose aussi la question du devenir des anciens territoires industriels en fonction de leur échelle et de leur situation géographique, en distinguant notamment entre les territoires abandonnés comme en Russie, ruralisés comme dans les moyennes montagnes d’Europe occidentale, ou au contraire périurbanisés lorsqu’ils sont intégrés dans le développement de grandes villes proches. Partout se pose la question des héritages et de leur devenir sous forme de patrimoine industriel. Ce concept dont Simon Edelblutte montre l’émergence relativement récente, en raison de la perception longtemps négative du paysage industriel, peut servir de point d’appui pour la reconversion à travers la mise en patrimoine et son exploitation par le tourisme industriel. S’agissant la plupart du temps de territoires encore vivants et habités, la question qui se pose concrètement est de définir ce qu’il faut préserver, la préservation intégrale étant rarement possible et souhaitable, d’autant plus que la notion de patrimoine industriel s’est progressivement élargie de l’usine au paysage, en l’occurrence une vallée ou un bassin.

5La lecture de cet ouvrage ne peut donc qu’être chaudement recommandée aux étudiants géographes de tous niveaux, comme aux enseignants et aux aménageurs ayant à travailler sur les questions de reconversion des territoires industriels.  Ce voyage au cœur des paysages et territoires de l’industrie en Europe illustre magistralement que la géographie, en tant que science de terrain, constitue un savoir indispensable à la compréhension des évolutions du monde contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Deshaies, « Simon Edelblutte, 2009, Paysages et territoires de l’industrie en Europe », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 50 / 1-2 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rge.revues.org/2971

Haut de page

Auteur

Michel Deshaies

Université Nancy 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org