Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

R. Chapuis, P. Mille, 2001, Systèmes et espaces agricoles dans le monde

Paris, Armand Colin, 320 p.
Xavier Rochel
Référence(s) :

R. Chapuis, P. Mille, 2001, Systèmes et espaces agricoles dans le monde, Paris, Armand Colin, 320 p.

Texte intégral

1La « collection U » d’Armand Colin s’enrichit d’un ouvrage de synthèse rédigé par Robert Chapuis, professeur à l’Université de Bourgogne, avec la collaboration de Patrick Mille. « L’objectif de cet ouvrage est de montrer comment l’agriculture fait système et comment elle contribue ainsi à faire apparaître des types d’espaces particuliers » : ainsi est définie en introduction la ligne directrice choisie par les auteurs pour présenter les grands traits de l’agriculture mondiale.

2La première partie s’appuie principalement sur les statistiques de la FAO (en partie disponibles sur l’excellent site de l’organisation, www.fao.org) et de la Banque Mondiale pour rappeler la place que prend dans le monde l’activité agricole, sous ses différentes formes. Les deuxième et troisième parties replacent cette activité dans le cadre d’un agrosystème et d’un sociosystème. L’agrosystème exploite et artificialise le « milieu biophysique », scindé en composants abiotiques (dans lesquels les auteurs ont curieusement inclus les sols) et biotiques ; il est mû par un sociosystème qui ne saurait être réduit aux seuls agriculteurs, ceux-ci étant soumis (de plus en plus ?) aux pressions des consommateurs et des décideurs politiques. L’agriculture a souvent été l’une des activités humaines les plus encadrées, et son entrée dans l’ère des échanges mondiaux n’a pas fondamentalement changé les choses.

3Les quatrième et cinquième parties ont pour objectif de montrer comment ces systèmes s’organisent et se ­distinguent dans le monde, aboutissant à différencier des espaces agricoles étudiés ici à l’échelle de douze grandes régions. L’ouvrage s’achève donc fort logiquement sur deux typologies. La première individualise différents systèmes de production, classés en fonction de la nature des productions dominantes (végétales ou animales) et de leurs plus ou moins bons rendements. La seconde s’attache à distinguer différents « espaces agricoles » organisés en régions développées, régions en transition, régions émergentes, les pays asiatiques n’ayant pu entrer dans l’une ou l’autre de ces catégories et formant malheureusement un groupe à part. Ainsi aboutit l’évolution voulue par les auteurs « d’une géographie générale à une géographie régionale ».

4Ecrit dans un style efficace, sans fioritures, l’ouvrage de Robert Chapuis et Patrick Mille s’appuie sur des statistiques abondantes et une cartographie soignée. Peut-être manque-t-il un glossaire qui aurait pu le rendre plus simple à exploiter pour une partie de son public : le thème ne manque ni de termes techniques, ni de sigles hermétiques. Un index exhaustif et des définitions claires dans le texte compensent en partie cette absence.

5Sur le fond, certains regretteront que soit laissée de côté la question des paysages, vers laquelle semblait pouvoir tendre la problématique dressée par Robert Chapuis et Patrick Mille. Il en va de même des activités liées à la forêt, délibérément exclues. Il est vrai qu’à trop vouloir élargir un contenu déjà chargé, les auteurs auraient manqué leur objectif. Tel qu’il se présente, l’ouvrage constitue une solide synthèse sur un sujet vaste et complexe. L’agriculture sous ses différentes formes, rappellent les auteurs, représente encore près de la moitié de l’emploi mondial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Rochel, « R. Chapuis, P. Mille, 2001, Systèmes et espaces agricoles dans le monde », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 42 / 3 | 2002, mis en ligne le 14 décembre 2010, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rge.revues.org/2649

Haut de page

Auteur

Xavier Rochel

Université Nancy 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org