Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

J.-M. Holz, J.-P. Houssel, 2002, L’industrie dans la nouvelle économie mondiale.

Paris, Presses Universitaires de France, Collection Major, 450 p.
Simon Edelblutte
Référence(s) :

J.-M. Holz, J.-P. Houssel, 2002, L’industrie dans la nouvelle économie mondiale. Paris, Presses Universitaires de France, Collection Major, 450 p.

Texte intégral

1Avec « L’industrie dans la nouvelle économie mondiale », livre publié au tout début de 2002, les professeurs J.-M. Holz et J.-P. Houssel, secondés de J. Manteau, s’intéressent, dans une perspective économique et géographique, à l’industrie manufacturière actuelle. Cet imposant ouvrage de 450 pages est indispensable non seulement à tout géographe et/ou économiste s’intéressant à l’industrie, mais aussi à toute personne désirant comprendre l’évolution économique du monde d’aujourd’hui.

2L’ouvrage est divisé en deux grandes parties de taille à peu près égale, comportant, l’une 6 chapitre, l’autre 4 chapitres. Chaque chapitre, très clairement structuré en parties et sous-parties, est d’une grande facilité de lecture en raison de la mise en gras des informations majeures dans chaque paragraphe. Tous les chapitres se terminent par une rubrique « approfondir » présentant une très utile bibliographie sélective sur la question traitée et/ou une rubrique « utiliser », développant sous la forme d’une courte dissertation un thème peu ou pas abordé dans le chapitre. Les graphiques, diagrammes et tableaux statistiques sont très nombreux et les cartes régionales claires, bien présentées (p. 358, 391, 434…), mais peut-être pas assez nombreuses.

3Les auteurs ont partagé leur ouvrage en deux grandes parties, l’une économique et l’autre géographique, prenant le parti de traiter ces deux aspects de la question industrielle, tant il est vrai qu’une étude de géographie économique ne peut faire abstraction d’un travail préalable sur les mécanismes économiques régissant le monde industriel d’aujourd’hui.

4Après une introduction dans laquelle les auteurs réagissent au postulat très répandu de « société post-industrielle » (p. 1) en montrant que « l’industrie manufacturière occupe, aujourd’hui plus que jamais une place centrale dans la nouvelle économie mondiale » (p. 3), la première partie commence par un indispensable chapitre sur la définition de l’industrie. L’accent est mis sur la complexité de cette définition et les nuances à y apporter, notamment en raison de la moindre pertinence de la division de l’économie en trois secteurs. Ceux-ci s’interpénètrent de plus en plus aujourd’hui, expliquant ainsi le constat de certains à propos d’une société post-industrielle.

5L’activité industrielle est, dans les chapitres suivants (2, 3 et 4), replacée dans son cadre historique, juridique, politique, financier, social… Si le cadre historique (ch. 2) aurait mérité d’être un peu plus approfondi – les auteurs se limitent en effet au début des années 1970, avant la crise – les développements concernant les autres aspects sont très fouillés et très documentés. Dans le chapitre 3, ils insistent notamment sur les mutations de la structure d’entreprises industrielles toujours plus liées au capital, vers plus de concentration dans d’immenses firmes multinationales (FMN) tout en « mettant en lumière l’importance technologique, économique et sociale des petites et moyennes entreprises industrielles » (p. 85). Le chapitre 4 est ensuite consacré au rôle de l’Etat, toujours important malgré le libéralisme ambiant, dans une « économie de marché qui, loin d’être un phénomène spontané, apparaît comme un enchevêtrement de conventions, de règles, de négociations, une symphonie complexe où l’Etat fait entendre sa voix » (p. 95). Les auteurs mettent ensuite l’accent sur les politiques industrielles nationales ; dans le cadre des privatisations en Europe et dans l’ancien monde communiste (Chine y comprise), puis plus largement au Japon et enfin aux Etats-Unis, dans une partie passionnante où est décrite la politique industrielle agressive d’un Etat qui n’en a officiellement pas…

6Les chapitres 5 et 6 sont consacrés, l’un à l’évolution et aux mutations de l’emploi industriel, caractérisé par un recul dans les pays développés et par une croissance donnant naissance à un nouveau prolétariat dans les pays du Sud ; l’autre à une étude des mutations récentes de quatre branches industrielles censées représenter les différents âges industriels : l’habillement, la sidérurgie, l’automobile, « industrie des industries » (p. 195) et la pharmacie.

7Dans la deuxième grande partie, plus géographique, le chapitre 7 étudie les localisations industrielles. Cinq espaces sont définis :

  • les vieilles régions industrielles, dont on peut regretter que l’étude ne soit pas un peu plus développée tant la reconversion des espaces anciennement industrialisés est une préoccupation majeure dans tous les pays développés ;

  • les espaces ruraux industrialisés, dont le prof. Houssel est un spécialiste ;

  • les métropoles et leurs technopôles ;

  • les espaces frontaliers littoraux et continentaux ;

  • les espaces cachés de l’industrie, petite partie très originale et très intéressante sur des territoires méconnus et souvent ignorés de la littérature sur l’industrie.

8Les trois chapitres suivants (8, 9 et 10), sont des plus passionnants pour le géographe. Treize études de cas régionales sont produites : quatre sur les pays de la Triade (Royaume-Uni, Etats-Unis, Allemagne, Japon), quatre sur les anciens pays communistes (Chine, Russie, Pologne, Slovaquie) et cinq sur les pays ou territoires émergeants (Afrique Noire, Algérie, Taiwan, Turquie, Thaïlande) ; les auteurs s’autorisant parfois des excursions très intéressantes dans les pays voisins, comme le « tigre celte » (p. 269) irlandais pour le Royaume-Uni. Chacune de ces études est remarquablement documentée et — pour certaines — illustrée par au moins une carte toujours excellente. La lecture de ces études régionales qui présentent des pays aux caractéristiques industrielles à la fois proches par le niveau de développement mais très différentes par les modalités de l’industrialisation et l’organisation spatiale, est riche d’enseignement et permet d’obtenir un panorama très complet de la géographie industrielle de ces Etats. Les parties concernant des pays peu étudiés dans la littérature géographique française, comme la Slovaquie, la Turquie, la Thaïlande ou encore Taiwan, sont évidemment incontournables.

9Même si on peut y regretter l’absence d’études à grande échelle de quelques sites industriels actuels et de leurs paysages, héritiers d’anciennes industries ou récemment créés de toutes pièces, cet ouvrage fait partie des indispensables dans les domaines de la géographie et de l’économie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Edelblutte, « J.-M. Holz, J.-P. Houssel, 2002, L’industrie dans la nouvelle économie mondiale. », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol 43 / 3 | 2003, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rge.revues.org/2416

Haut de page

Auteur

Simon Edelblutte

Université Nancy 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org