Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Benoît Boutefeu, 2009, La forêt mise en scène. Attente des publics et scénarios de gestion de la forêt

Coll. Questions contemporaines, L’Harmattan, Paris, 290 p.
Jean-Pierre Husson

Texte intégral

1Ingénieur forestier et docteur en géographie, Benoit Boutefeu a soutenu une thèse de science humaine conduite par le professeur Paul Arnould de l’ENS de Lyon. Elle traite du renouveau du métier de forestier confronté dans sa gestion des massifs à la conduite de négociations et d’actions de communications avec les usagers, en particulier par la mise en scène des massifs dont les aménagements/ménagements sont inscrits dans des approches durables et plurifonctionnelles. Les résultats de ce travail sont restitués, repris dans cet ouvrage écrit d’une plume alerte et qui pose la question forestière en des termes renouvelés, globaux, sortis de la seule approche technicienne qui a longtemps prévalu. Le livre reconsidère la forêt vue par les images et représentations qu’elle offre, avec l’expression des nouvelles attentes à prendre en compte et des moyens d’inventaires et de diagnostics des ressources qui ont considérablement évolué. La forêt, appréciée comme miroir de la société, est ici approchée par la métaphore théâtrale. Celle-ci sert d’architecture au texte (casting, acteurs, scénographie, coulisses, etc.) et définit le cadre conceptuel du livre organisé en trois parties : les scènes forestières (pièce, acteurs, décors) éclairées par deux exemples représentatifs (les forêts domaniales de Val Suzon -Côte d’Or- et de la Grande Chartreuse -Isère), l’écriture de l’aménagement, enfin les prospectives possibles à partir des débats, des envies de forêts exprimées, des financements associés aux ventes de bois mobilisés et qui évoluent désormais dans un contexte de globalisation et d’urgence écologique.

2Associer l’espace forestier à une scène théâtrale relève d’une approche originale, inventive, atypique et qui pose probablement plus de questions qu’elle n’en résout, …mais de bonnes et pertinentes questions. Le travail débute par une enquête échantillonnée à partir de soixante trois acteurs (ONF, collectivités territoriales, associations, filière bois, chasseurs, etc.), avec des scènes, des lieux, des histoires, des personnages (p. 54), avec la rédaction de chartes forestières de territoire (CFT) ou de révisions d’aménagement. Cette façon de faire renouvelle l’approche sensible pour des forêts plurifonctionnelles, où plusieurs lectures sont possibles et empilées, avec des aménagements de l’espace forestier définis entre possession (division, bornage), connaissance objective  ou affective des bois et enfin gestion des peuplements. Ces trois formes d’appropriation associées, superposées, à faire cohabiter intègrent la prudence des temps longs et ronds de l’histoire qui modèlent des forêts friches, utilitaires, patrimoines, sanctuaires (p. 101).

3La mise en scène réclame des qualités d’écriture. Longtemps, cette rédaction fut assumée par le seul corps forestier hiérarchisé, technique, unitaire, même si une place fut accordée au volet d’ingénierie sociale dite « leplaysienne ».Aujourd’hui, les attentes sont multiples, les certitudes effacées. La nécessité d’assurer des passerelles, d’abaisser les frontières disciplinaires, de parler une langue commune s’impose entre forestiers, chercheurs, usagers, exploitants ; bref avec tous ceux qui se penchent sur les devenirs des forêts. Le script (l’aménagement forestier révisé à 15 ans) mérite de ne pas être seulement un outil technique mais un affichage et pourquoi pas une tribune, un objet évalué en continu. Cela répond à la montée en puissance de nouveaux acteurs qui replacent le massif dans des échelles spatiales, écosystèmiques et d’aménagement qui sont globales. Ces auteurs sont entre autres les parcs, les collectivités territoriales, les associations ; avec des relations qui oscillent entre le conflit, l’aimable cohabitation, le partenariat. Coécrire, réécrire, accompagner des processus désormais matures de décentralisation, avec plus de 15% de la surface forestière métropolitaine et plus de 2000 communes concernées par une CFT, prouve la pertinence d’un bel exemple d’écriture possible à plusieurs mains (p. 139). La CFT est à la fois outil, levier, objet hybride pour relancer la concertation et des formes de bottom up pour des forêts ressources, bien patrimonial et culturel et encore composante d’un tout élargi, à insérer dans l’échelle du pays, du bassin de vie. Ces changements en cours sont porteurs de très nombreuses interrogations indissociables de la profonde réorganisation statutaire, technique et territoriale de 2002, à situer entre la rentabilité économique et la responsabilité d’être dépositaire d’un bien commun.

4Dans la dernière partie sont énoncés trois chantiers. Est d’abord posé le lien entre la rationalité et le fait d’oser des mises en scènes forestières prospectives. Ensuite est évoquée la mise en échelles emboîtées des territoires. In fine, sont souhaités l’élargissement du jeu d’acteurs et la réflexion sur la mise en modèles sinon ascendants du moins coopératifs des prises de décision.

5Le livre de Benoît Boutefeu renouvelle le lien homme- forêt et montre la nécessité à entrer, à inventer, à accompagner de nouvelles approches transdisciplinaires afin de faire des forêts un objet de projets et de controverses pleins d’émulation, ce qui fut le cas à l’époque des Lumières ou plus près de nous avec la « grande querelle forestière » de la conversion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Husson, « Benoît Boutefeu, 2009, La forêt mise en scène. Attente des publics et scénarios de gestion de la forêt », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 49 / 2-3 | 2009, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://rge.revues.org/1965

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Husson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org