Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Joël Boulier, Laurent Simon, 2009, Atlas des forêts dans le monde. Protéger, développer, gérer une ressource vitale.

Préface de Wangari Maathai, prix Nobel de la Paix 2004, Coll. Atlas/Monde, Autrement, Paris, 80 p.
Jean-Pierre Husson

Texte intégral

1Sensibilisées aux questions d’environnement et de développement durable, les éditions Autrement produisent leurs ouvrages sur du papier PEFC. La rédaction de L’Atlas des forêts dans le monde a étéconfiée à deux géographes parisiens : J. Boulier et L. Simon. Il s’agit du dixième volume de cette série reconnaissable à la qualité de ses productions cartographiques élaborées dans des choix d’échelles complémentaires et en privilégiant la dimension didactique du contenu pour atteindre un public élargi. Cet atlas est organisé en six chapitres identifiés par un bandeau coloré différent placé en haut des pages, retrouvé dans le sommaire.

2Déplorant le constat d’une image forestière brouillée faute d’avoir disposé d’une définition précise, critériée et partagée à l’échelle du monde, les auteurs montrent que cette carence conceptuelle pénalise tout discours forestier à l’échelle globale, toute évaluation écosystémique des sylvosystèmes, par exemple leur rôle dans le piégeage du CO2. Ce handicap est en cours d’être levé si l’on se réfère à la récente proposition de définition unificatrice faite par la FAO : une couverture arborée d’au moins 10%, sur une superficie supérieure à 0,5 hectare, avec des arbres d’au moins 5 m. de haut à maturité (ce qui relève d’une définition encore bien extensive des bois). A l’échelle monde sont dégagés de grands biomes localement déclinés en mosaïques, en particulier sur l’isthme européen bénéficiaire d’une grille écologique complexe (p. 13). La forêt s’identifie aussi à l’échelon des nations, la forêt ayant longtemps été un lieu où s’est fortement exprimé le pouvoir régalien. Les auteurs nous livrent ensuite des galeries de portraits, sachant que ces derniers masquent des disparités locales où se croisent, s’empilent ou s’annulent les effets ajoutés de l’histoire et des conditions naturelles locales, ce qui dessine toute la richesse et la spécificité des stations. Ce premier chapitre se termine par quelques éclairages sur les dynamiques spatiales, leur va et vient historique, avec des cycles longs désormais fortement perturbés par les effets de la mondialisation (p. 21).

3Les forêts, éléments décisifs du système climatique mondial (p. 22) sont essentielles pour comprendre le cycle de l’eau (ce qui était reconnu dans la dénomination de l’ancienne l’administration des Eaux et Forêts). Elles s’inscrivent dans l’appréciation de la machine évaporatoire (p. 23), dans la mesure du tamponnement des forces (les effets des crues combattus par la politique de RTM-restauration des terrains de montagne) et de la protection assurée par les types de couverts. Ces fonctions qui relèvent plutôt des externalités sont désormais placées avant la production de matières ligneuses, avec des situations de capitalisation (cas de la France), d’équilibre fragile ou à l’inverse de dégradation voire de disparition de la ressource non renouvelée. Les risques concernant les PMA et les régimes autoritaires pèsent lourd sur l’avenir des bois. La richesse ligneuse est trop souvent sollicitée, en particulier si la consommation de bois de feu demeure élevée, accélérée par les effets d’une transition démographique non terminée. Elle peut être dilapidée si le bois d’œuvre et d’industrie, matériaux pondéreux qui désormais circulent à l’échelle de la planète, sont trop récoltés au profit des pays riches (p. 31). Enfin, la fonction d’accueil (p. 32) associée à l’écotourisme, aux circuits de découverte de la biodiversité mis au service du développement n’est pas sans poser des risques (cas de Madagascar).

4Menaces et enjeux forment la troisième entrée de cet atlas. L’ampleur des changements climatiques attendus va demander aux espèces et aux biomes d’avoir la capacité de s’adapter, de migrer en latitude et en altitude, avec d’immenses changements probables dans la croissance ou le recul de la productivité. Après avoir énoncé des données globales, l’atlas fournit un éclairage sur l’Europe et la France avant de se pencher sur la question des déforestations tropicales passagères ou radicales, avec des « cartes à faire peur » (p. 38) et encore ailleurs d’importants reculs forestiers arbitrés par le passage du feu (Canada) (p. 41).Dynamiques spatiales et types d’aménagements forestiers conduisent à s’interroger sur l’érosion de la biodiversité, les dangers représentés par les espèces invasives sur les forêts. Ces dernières offrent de précieux services écosystèmiques (stockage du CO2, filtre de l’eau). Elles méritent d’être protégées sans exclure, sans enfermer et en conservant des liens avec les corridors écologiques, liens tissés entre le dedans et le dehors.

5De l’amont vers l’aval de la filière bois, les acteurs forment un groupe très hétérogène. Selon les pays, ils valorisent inégalement le potentiel sur pied parfois sur-ponctionné. Le bois est un éco-matériau renouvelable. Il offre bien des possibilités pour l’avenir. Cette gamme de produits circule désormais en tous sens après que les arbres aient été débardés, triés (p. 51). Le bois est à la fois travaillé par des entreprises artisanales et des grands groupes à dimension capitalistique (Ikéa, les papetiers).Alors que l’on cherche à revenir vers des circuits courts, les récoltes de bois sont l’objet d’interrogations, de polémiques sur la dimension usufruitière que nos sociétés doivent prendre en compte par rapport à ce bien-fonds, avec une forte implication des ONG dans le débat. Une double page fournit des données sur le cas français, avec en particulier les deux acteurs majeurs que sont l’Office National des Forêts et le CRPF (Centre régional de la propriété forestière) (p. 56-57).

6Une dernière entrée thématique est réservée aux conflits et tensions associés à la présence de la forêt. Les sylvosystèmes souffrent de l’essor des flux illégaux (p. 59) et des effets induits par  l’assez récente rupture avec la valorisation des récoltes (p. 58) sur place ou à de faibles distances. Ces difficultés invitent à réfléchir à des moyens de protection pour assurer la pérennité des peuplements par leurs renouvellements. Ceci est confirmé par le succès croissant des éco-certifications (principalement les labels FSC et PEFC) en cohérence avec une gestion intégrée et multifonctionnelle, avec des débats ascendants et partagés et parfois, hélas, des enfermements dans des psychosystèmes (la présence du loup dans le Mercantour) (p. 63). Enfin, dans maints endroits, les espaces boisés ont été (le front en Lorraine en 1914) ou sont encore associés à l’organisation de la défense, à l’art de conduire un conflit ou une guérilla. La forêt crée des poches de résistance, favorise les maquis et encore les narco-conflits (Colombie).

7L’atlas se termine par quelques études de cas : l’Amazonie, l’Uruguay pampéen récemment envahi par des plantations d’eucalyptus et encore le massif de la Grande Chartreuse (p. 74), laboratoire d’approches plurielles d’une forêt mise en scène et en charte. Au final, dans ce livre court, dense et éclairé par des cartes multiscalaires qui nourrissent et nuancent la démonstration en soulignant la diversité des sylvosystèmes, les auteurs ont bien répondu aux enjeux énoncés dans le sous-titre de l’atlas : protéger, développer gérer une ressource renouvelable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Husson, « Joël Boulier, Laurent Simon, 2009, Atlas des forêts dans le monde. Protéger, développer, gérer une ressource vitale. », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 49 / 2-3 | 2009, mis en ligne le 06 octobre 2010, consulté le 22 avril 2017. URL : http://rge.revues.org/1913

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Husson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org