Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Lexa-Chomard, C. Pautrot, Géologie et géographie de la Lorraine

Metz : Éditions Serpenoise, 2006
Michel Deshaies
Référence(s) :

A. Lexa-Chomard, C. Pautrot, Géologie et géographie de la Lorraine, Metz : Éditions Serpenoise, 2006, 286 p.

Texte intégral

1Haut lieu de la géologie de la France, la Lorraine a aujourd’hui son ouvrage de référence. L’équipe d’enseignants et de chercheurs réunis sous la direction d’Annette Lexa-Chomard et de Christian Pautrot offre aux naturalistes et plus largement à tous les Lorrains curieux de comprendre la nature du sol de leur pays, un très beau livre qui, sans rien sacrifier à la rigueur scientifique, présente de remarquables qualités pédagogiques. En effet, utilisant un langage clair, accessible à tout public non géologue, les auteurs ont aussi particulièrement soigné l’illustration. Celle-ci, presque entièrement en couleur, se compose d’une cinquantaine de photographies de paysages, de mines, de carrières ou de fossiles, d’une vingtaine de reproductions de planches ou de gravures anciennes, d’une trentaine de cartes ou coupes géologiques et, plus original, chaque tête de chapitre géologique est illustrée par un dessin de L. Nori reproduisant les milieux dans lesquels se sont formées les différentes couches.

2L’ouvrage, de lecture agréable, comporte 286 pages et est organisé en cinq parties. Après une brève introduction qui présente les paysages naturels de la région et l’importance économique passée des ressources du sous-sol, sont ainsi successivement présentées l’histoire de la géologie lorraine (partie 1 : aux sources de la géologie lorraine), la Lorraine géologique, la Lorraine géographique, puis les ressources du sous-sol et enfin la géologie au XXIe siècle.

3La première partie, certainement la plus originale, rappelle utilement tout ce que la géologie française doit à un certain nombre d’illustres savants lorrains comme Charles-André Guibal, Olry Terquem, Jean-Jacques Levallois, Nicolas Buvignier, Eugène Jacquot, Henri Hogard et bien sûr René Nicklès, fondateur de l’Institut de géologie à l’origine de la prestigieuse École de géologie, l’ENSG.

4La deuxième partie s’ouvre par une très utile mise à niveau du lecteur non spécialiste, en présentant les concepts généraux de la géologie, notamment ceux de la stratigraphie, la question de la datation des roches, les mouvements tectoniques et le principe de l’actualisme. Les chapitres consacrés aux différentes formations géologiques présentes en Lorraine, depuis les roches cristallines des hautes Vosges jusqu’aux plateformes carbonatées du Jurassique s’en trouvent ainsi parfaitement compréhensibles pour le lecteur sans formation géologique.

5Il nous semble par contre regrettable que la partie suivante, intitulée la Lorraine géographique, se limite en fait à la géomorphologie, alors que la quatrième partie, consacrée aux ressources du sous-sol lorrain, est aussi largement géographique, puisqu’on y explique comment la richesse du sous-sol lorrain a été de tous temps exploitée et a fondé la richesse de la région. Aussi, il aurait été probablement plus logique de rassembler ces deux parties en une seule ; ce qui aurait évité un certain déséquilibre dans le volume des parties, puisque la « Lorraine géographique » réduite à une trentaine de pages, paraît un peu maigre en regard des 70 pages de la « Lorraine géologique ». Cela dit, le géographe, qu’il soit « physicien » ou « humaniste », trouvera largement satisfaction à la lecture de ces deux parties. Le chapitre géomorphologique, remarquablement bien illustré par des photographies de paysages, des cartes et des coupes géologiques, présente avec beaucoup de clarté les grands traits des formes de relief de la région : l’originalité du relief des Vosges avec la surface plane sommitale et leur modelé glaciaire si spectaculaire, les paysages de côtes à la morphologie changeante et l’évolution du réseau hydrographique avec la célèbre capture de la Moselle et le rôle joué par le karst.

6La partie consacrée aux ressources du sous-sol présente dans un premier temps, l’exploitation minière du charbon, du fer, du sel, du cuivre et de l’argent des Vosges et même celle, plus anecdotique, du pétrole à proximité de la butte de Sion. On lit avec beaucoup d’intérêt l’histoire de l’exploitation, ainsi que les techniques minières. Un regret toutefois, c’est que ne soit pas suffisamment évoquée l’empreinte des activités minières dans les paysages, pourtant si spectaculaire quand on songe aux terrils et aux grandes carrières du bassin houiller, ou encore aux « cratères » d’effondrement résultant de l’exploitation du sel dans la région de Varangéville. La suite de cette partie sur les ressources du sous-sol est consacrée à l’exploitation des différents types de roche, ainsi que des formations superficielles comme les alluvions et à leur utilisation dans l’industrie et dans l’architecture traditionnelle. Les géographes ruralistes, comme ceux qui s’intéressent aux industries, y trouveront beaucoup de renseignements intéressants.

7Enfin, l’ouvrage s’achève par un court chapitre présentant les structures de recherche qui constituent l’important pôle nancéien de sciences de la Terre : l’UMR G2R (Géologie et Gestion des Ressources Minérales et Énergétiques) de l’université Henri Poincaré, l’ENSG (École Nationale Supérieure de Géologie), l’ENSMIN (École Nationale Supérieure des Mines de Nancy), le CRPG (Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques), l’antenne lorraine du BRGM, le GISOS (Groupement d’Intérêt Scientifique de Recherche sur l’Impact et la Sécurité des Ouvrages Souterrains).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Deshaies, « Lexa-Chomard, C. Pautrot, Géologie et géographie de la Lorraine », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 46 / 3-4 | 2006, mis en ligne le 17 décembre 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://rge.revues.org/1527

Haut de page

Auteur

Michel Deshaies

CERPA – Université Nancy 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org