Navigation – Plan du site
Comptes rendus

W. Bätzing, H. Rougier, Les Alpes, un foyer de civilisation au cœur de l’Europe

LEP, 2005
Michel Deshaies
Référence(s) :

W. Bätzing, H. Rougier, Les Alpes, un foyer de civilisation au cœur de l’Europe, LEP, 2005, 511 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Werner Bätzing et Henri Rougier vient heureusement combler une lacune dans la bibliographie française, car depuis le remarquable livre de Paul et Geneviève Veyret (1967) il n’y avait plus eu d’ouvrage de synthèse aussi ambitieux sur cet espace européen dont les paysages ont connu depuis lors des transformations considérables. C’est en fait à l’origine la version récente et entièrement réactualisée d’un ouvrage de Werner Bätzing (1991, 2003) qui est considéré, dans le monde germanique, comme le livre de référence sur les Alpes. On notera que l’ouvrage de 1991 qui s’intitulait « les Alpes, genèse et risques de dégradation d’un paysage humanisé européen » (Die Alpen, Entstehung und Gefährdung einer europäischen Kulturlandschaft) est devenu dans l’édition récente « les Alpes, histoire et devenir d’un paysage humanisé européen » (Die Alpen, Geschichte und Zukunft einer europäischen Kulturlandschaft). Cependant, ce livre n’est pas seulement la traduction en français assurée par Henri Rougier, de l’ouvrage de Werner Bätzing. Il est en fait le fruit d’une longue et étroite collaboration entre les deux auteurs et, par rapport à l’édition allemande (ou d’ailleurs à l’édition italienne), non seulement l’illustration est beaucoup plus riche, mais la plupart des chapitres ont été partiellement renouvelés ; ce qui fait que l’édition française est à la fois la plus complète et la plus réussie en ce qui concerne la qualité de l’illustration. Cet ouvrage nous offre ainsi une vision à la fois allemande et française de l’ensemble de l’arc alpin, où les différences culturelles jouent précisément un rôle considérable dans la différenciation des paysages et même les évolutions économiques et démographiques depuis plus d’un siècle. Dans ce livre, il est montré comment les sociétés traditionnelles ont peu à peu construit des paysages variés, en fonction non seulement de la diversité du milieu alpin, mais plus encore des différences culturelles entre les populations germaniques et les populations latines présentes dans les Alpes. C’est ainsi que l’économie latine, caractérisée par l’importance des cultures exprimée dans les paysages par les terrasses, mais aussi par des pratiques communautaires, s’oppose au mode d’exploitation germanique basé sur l’importance de l’élevage et un individualisme agraire beaucoup plus grand. Au cours des siècles, un équilibre relatif entre le milieu et les sociétés a pu s’établir, en respectant un certain nombre de principes permettant de s’adapter aux risques spécifiques du milieu alpin.

2Mais, l’ensemble des transformations économiques survenues depuis l’âge industriel, a bouleversé les équilibres établis depuis des siècles et changé les relations entre les sociétés et le milieu alpin, entraînant des changements dans les paysages, particulièrement rapides depuis les années soixante. Ces transformations des paysages sont très visibles dans les Alpes, parce qu’ils se traduisent par des contrastes à courte distance (horizontale et verticale) entre des espaces abandonnés et d’autres où, au contraire, l’exploitation humaine (agricole, touristique, industrielle) est intensifiée. Cependant, ce que montre très bien le livre, c’est que ces changements sont très inégaux suivant l’aire culturelle, notamment parce que le mode d’exploitation germanique a su relativement mieux s’adapter aux transformations générées par la révolution industrielle, puis la société de services, que l’économie agricole latine qui s’est souvent effondrée. Dans une remarquable série de cartes présentant l’évolution de la population des 6 000 communes de l’espace alpin entre 1871 et 1951, 1951 et 1981, puis entre 1981 et 2000, on peut ainsi mesurer les divergences d’évolution considérables entre les différentes parties de la montagne alpine : essor démographique parfois très fort dans presque l’ensemble des Alpes germaniques (y compris dans le Tyrol du sud en Italie), désertification des Alpes italiennes, notamment piémontaises, fort déclin démographique et même désertification dans une grande partie des Alpes françaises jusqu’au milieu du XXe siècle, puis reprise démographique depuis les années soixante qui s’accentue à la fin du XXe siècle.

3Les conséquences des mutations des paysages alpins, résultant de profonds changements dans la répartition de la population alpine et l’usage des sols, sont notamment la recrudescence observée des aléas qui exposent les populations à des risques nouveaux. Alors que les sociétés rurales traditionnelles accordaient beaucoup d’attention aux risques naturels et se sentaient responsables de la stabilité du paysage qu’elles avaient construit, la plupart des habitants actuels des Alpes mènent un style de vie urbain et ne connaissent les Alpes qu’à travers la pratique d’une activité de loisir, les mesures et les travaux de protection contre les risques naturels étant délégués à des services spécialisés.

4L’évolution des paysages alpins reflète donc, non seulement des changements économiques, mais bien plus encore la relation existant entre les groupes humains et leur environnement. Loin cependant d’adopter une attitude passéiste, réclamant un retour à l’âge d’or perdu tout à fait illusoire, Werner Bätzing et Henri Rougier montrent comment la modernisation peut être seulement mieux conciliée avec les contraintes du milieu naturel et en essayant de préserver l’originalité et la qualité des paysages alpins. Ils proposent ainsi des solutions concrètes pour un développement durable des Alpes qui est certes menacé par la « modernisation forcée » mais ne peut pas non plus être assuré par un « refus de la modernisation ». Cet ouvrage montre ainsi, comment les évolutions techniques, économiques et sociales ont pu complètement changer les relations entre l’homme et le milieu et se traduisent par des transformations rapides des paysages.

5Aussi, on ne peut que chaudement recommander la lecture de ce très beau livre à tous les géographes et bien au-delà, à tous les amoureux des Alpes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Deshaies, « W. Bätzing, H. Rougier, Les Alpes, un foyer de civilisation au cœur de l’Europe », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 46 / 3-4 | 2006, mis en ligne le 17 décembre 2009, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rge.revues.org/1523

Haut de page

Auteur

Michel Deshaies

CERPA – Université Nancy 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org