Navigation – Plan du site
Comptes rendus

M. Deshaies, Exploitation minière et paysages. Habilitation à diriger les recherches (H.D.R)

Université Nancy 2, 2 vol, 91 p. + collection de choix d’articles et 477 p., soutenue le 2 décembre 2005 sous la direction des professeurs A. Weisrock et J.-M. Holz
Jean-Pierre Husson

Texte intégral

1L’ H.D.R est développée en deux volumes. Le rapport de synthèse décrit le C.V. de l’impétrant, son itinéraire de près de vingt années de pratique de la géographie, les évolutions infléchies dans ses démarches d’enseignant-chercheur. Marqué par les grandes mutations géopolitiques créées par l’effondrement du bloc de l’Est, M. Deshaies a moins vécu les périodes de menace d’éclatement de la géographie que les temps où se sont solutionnées par le haut les craintes grâce à la conduite de recherches réorientées vers des approches globales, systémiques, citoyennes et enfin des analyses des territoires portés par des projets négociés. A partir de 1997, M. Deshaies décide définitivement de réorienter ses travaux (initialement, sa thèse soutenue en 1994 a porté sur Les méandres encaissés dans les plateaux calcaires de la France de l’Est et fut dirigée par le professeur A. Weisrock) vers l’Allemagne désormais réunifiée. Plus spécialement, sa recherche porte sur l’impact des exploitations minières dans les paysages allemands (Kulturlandschaft) pensés, planifiés, fabriqués. Ces paysages intègrent à la fois des composantes physiques et humaines. Au final, ils sont l’expression privilégiée d’une géographie globale. Cette profession de foi sur les orientations de recherches menées et à venir est complétée par une suite d’articles représentatifs des étapes franchies.

2Le second volume de l’H.D.R forme un mémoire de recherche de 477 p. Ce travail est intitulé Exploitation minière et paysages. Son contenu fait de Michel Deshaies un passeur de frontières enthousiaste, porteur d’une réflexion citoyenne éclairant la problématique des aménagements/déménagements liés à l’activité extractive à ciel ouvert. Son sujet a nécessité un gros effort de réinvestissement linguistique qui apparaît très clairement dans l’abondante bibliographie exposée. La maîtrise de ce sujet a aussi imposé une sorte de reconversion vers une géographie globale. Dans ce travail d’H.D.R, le paysage sert d’objet de convergence pour étudier la réappropriation et le traitement d’espaces parfois immenses dont les devenirs soutiennent des interrogations complexes et qui incluent la prise en compte de nombreuses externalités. La recherche concerne les approches comparatives et diachroniques (phases successives de destruction, d’excavation et enfin de réhabilitation) des processus miniers abordés dans des choix d’échelles complémentaires à partir des politiques extractives successives expérimentées (cuivre, uranium, lignite). La comparaison concerne les deux Allemagne avant 1989, après la réunification et jusqu’à l’actuel. Le consensus dessiné au profit d’un bilan énergétique qui réduit de façon drastique l’impact du nucléaire accompagne la progression de la démonstration. En Allemagne, le nucléaire est assujetti au pouvoir fédéral alors que les mines sont de la compétence des Länder. Cette situation amène à décliner la notion de risque et de cohérence paysagère dans des mosaïques locales originales, spécifiques et, en tout cas, très différentes de ce qui se fait dans l’Hexagone. Le choix de créer, de faire fonctionner, d’arrêter et enfin de réhabiliter des sites extractifs pose des problèmes imbriqués, intriqués, soumis à d’éventuels effets de dominos. Les décisions retenues peuvent porter en elles ou générer des psychosystèmes, des situations bloquées, tendues, parfois hystériques. Réhabiliter consiste à réparer après avoir accepté de dépasser une phase de deuil post-industriel. C’est encore avancer une stratégie globale de recyclage soutenue par l’application incontournable du principe de précaution. C’est apporter des solutions de remédiation et tout particulièrement tenter un retour vers une situation hydrologique normale ou du moins réparatrice (reprofilage raisonné des cours d’eau, création et entretien de lacs à fontions pluriusages). C’est enfin créer les conditions appropriées à une légitimation des aménagements et de la politique de réattribution foncière qui s’est opérée.

3Au total, les travaux d’H.D.R de Michel Deshaies fournissent des réponses en faveur de l’unité de la géographie fédérée par plusieurs éléments, en particulier la cohérence paysagère, les rapports nature/société, les comparaisons diachroniques et multiscalaires et encore les connivences entre les choix politiques, énergétiques et idéologiques. Son travail est une contribution originale à propos de la compréhension des interfaces entre écosystème, sociosystème, politique et fonctionnement de la gouvernance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Husson, « M. Deshaies, Exploitation minière et paysages. Habilitation à diriger les recherches (H.D.R) », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 46 / 1-2 | 2006, mis en ligne le 17 décembre 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rge.revues.org/1380

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Husson

Université de Nancy 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org