Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mark Bailoni, Delphine Papin, Atlas géopolitique du Royaume-Uni. Les nouveaux défis d’une vieille puissance

Paris, Autrement, 77 p.
Simon Edelblutte
Référence(s) :

Mark Bailoni, Delphine Papin, Atlas géopolitique du Royaume-Uni – Les nouveaux défis d’une vieille puissance, Paris : Autrement, 2009, 77 p.

Texte intégral

1Sous une couverture particulièrement bien choisie, cet atlas de la désormais reconnue collection des éditions Autrement traite d’un État puissant et voisin de la France, ce qui lui confère une place essentielle dans l’actualité et génère donc à son propos des représentations assez monolithiques de ce côté-ci de la Manche.

2Le premier mérite de cet atlas est justement, sous un format accessible à tous, d’explorer toute la complexité, la richesse et les nuances de ce Royaume dit uni et pourtant d’une diversité ethnique, culturelle, politique, économique et sociale plus forte que celle de beaucoup d’États du continent.

Une démarche géopolitique

3Dans l’introduction, les auteurs, tous deux diplômés de l’Institut Français de Géopolitique (IFG) précisent que leur démarche est géopolitique, définie par Yves Lacoste comme « l’étude des rivalités de pouvoirs sur des territoires, en tenant compte des représentations contradictoires dont elles sont l’objet, et qui suscitent de débats entre citoyens » (p. 5). Il s’agit donc d’un atlas qui a l’ambition, par cette démarche, « d’apporter les clés pour mieux comprendre les problématiques du Royaume-Uni d’aujourd’hui ». Les cartes électorales, sociales, économiques, ethniques, religieuses, politiques (anciennes et actuelles) sont donc privilégiées par rapport aux cartes thématiques des atlas simplement « géographiques » (relief, population, agriculture, industrie, etc.).

4Cette démarche géopolitique est particulièrement bien adaptée à un État multinational en pleine révolution identitaire depuis la dévolution de 1997. Accordant des pouvoirs non seulement à l’Écosse et aux Pays-de-Galles, mais aussi à Londres, la dévolution a incité par ricochet l’Angleterre à s’interroger sur son identité et sa place même au sein du Royaume-Uni.

5L’ouvrage est divisé en 6 chapitres, en cohérence avec la démarche utilisée. Le premier chapitre est un rappel politico-historique indispensable sur la formation de cet État aux 4 Nations ; le second cible les inégalités territoriales du pays, tant ethniques, sociales, économiques que politiques ; le troisième évoque les héritages de l’Empire ; externes avec les « poussières d’Empire » (p. 34) ou internes avec le multiculturalisme croissant du pays (p. 38) ; le quatrième traite de la place toujours ambivalente du Royaume-Uni entre l’Europe et les États-Unis ; le cinquième, le plus fourni, traite des éléments de la « vieille puissance » britannique (diplomatie, économie, langue) ; le sixième enfin, est un zoom sur Londres, ville mondiale tant par son influence économique et financière que par sa diversité ethnique et culturelle.

6Certains thèmes abordés sont particulièrement originaux et riches d’enseignements :

  • le thème de l’identité anglaise, souvent confondue avec l’identité britannique, est traité aux pages 20-21, mais apparaît en filigrane dans les pages sur les autres Nations du Royaume-Uni (Écosse, Pays-de-Galles, Irlande du Nord) et dans les pages historiques ;

  • le thème du multiculturalisme du Royaume-Uni, évoluant de plus en plus, selon ses détracteurs, vers un dangereux communautarisme, apparaît aussi comme récurrent et fait l’objet de plusieurs pages (38-39, 68 à 71).

7Une des grandes forces de cet atlas est la volonté des auteurs de coller à une actualité particulièrement riche et difficile (crise, engagement militaire extérieur, élections législatives toutes proches, etc.). Des textes toujours très actuels et une excellente connaissance des différents projets d’aménagement, notamment urbains (gratte-ciels à Londres), sont complétés par une double page entière sur les futurs Jeux Olympiques de 2012, événement majeur d’un avenir proche.

8Enfin, l’aspect pédagogique de l’ouvrage ressort particulièrement lors de nombreuses comparaisons avec la France, tant dans les textes que dans les cartes. Le nombre d’habitants comparable des deux pays permet effectivement d’intéressants parallèles, ainsi que leurs relations anciennes et tumultueuses (dossier sur la (més)entente cordiale p. 42-43), la rivalité entre Londres et Paris (p. 62-63), ou encore la forte présence française à Londres (p. 68).

L’excellente utilisation d’un format imposé : cartes et approche multiscalaire

9L’ouvrage se présente sous la forme classique des atlas Autrement, avec des doubles pages découpées en un court texte introductif, plusieurs cartes, graphiques ou tableaux, de 2 à 4 cours textes et une citation. Ce système rodé permet une grande facilité de lecture, une grande clarté de la présentation, mais possède les défauts de ses avantages. En effet, si les textes sont de grande qualité et remarquables de concision et de précision, on reste souvent un peu frustré face à ce format court imposé. Le talent de auteurs leur permet cependant de contourner en grande partie ce défaut en liant parfaitement cartes et textes ; la richesse des premières permettant de pallier la nécessaire brièveté des seconds.

10Les cartes, éléments essentiels d’un atlas, sont à la fois pertinentes et particulièrement claires. Elles fonctionnent souvent par comparaison et par emboîtement d’échelle, « analyse multiscalaire » d’ailleurs évoquée dès l’introduction (p. 5). Ce système permet d’excellentes doubles pages (en particulier 16-17) ou le fameux clivage Nord / Sud, tant utilisé dans la politique britannique (et d’ailleurs repris dans la plupart de manuels français), apparaît évident à l’échelle régionale, mais se révèle beaucoup plus nuancé à l’échelle plus fine des districts. Il existe en effet « d’importantes poches de précarité dans le Sud […], alors que l’on trouve des territoires favorisés dans le Nord […] » (p. 17).

11Les croisements d’échelles sont ainsi présents dans de nombreuses doubles pages, rapprochant parfois très heureusement des échelles très éloignées (p. 64-64), du quartier (la City de Londres) au monde entier, illustrant à la fois la place essentielle de ce cœur des affaires londonien entre ses rivales et néanmoins complémentaires Tokyo et New York et son perpétuel renouvellement architectural.

12La cartographie utilisée n’est ainsi jamais monotone et, si l’on peut regretter un manque de cartes à l’échelle de la ville ou du quartier hormis Londres et Belfast, des réalisations originales (anamorphoses, p. 19 et 56) compensent largement, par leur grande pédagogie, cette lacune. Ainsi, sur pas moins de 80 cartes, seules 3 paraissent, soit un peu désuète (p. 30), soit un peu chargée (p. 61), ou soit inutile (p. 33, en bas).

13Après l’indispensable chronologie, l’ouvrage comporte enfin une bibliographie de publications en français et en anglais, complétée par une sitographie et, plus original, par une liste de films qui ont marqué la société britannique, de « Full monty – le grand jeu » de Peter Cattaneo à « Trainspotting » de Danny Boyle.

14À la veille d’échéances électorales capitales qui devraient voir un changement de majorité après 22 ans de pouvoir travailliste, cet atlas très réussi constitue une synthèse originale dont les principaux mérites sont la nuance de propos et la grande pédagogie des textes et des cartes, ce qui le rend accessible à tous tout en satisfaisant aux exigences géographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Edelblutte, « Mark Bailoni, Delphine Papin, Atlas géopolitique du Royaume-Uni. Les nouveaux défis d’une vieille puissance », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 48 / 1-2 | 2008, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://rge.revues.org/1327

Haut de page

Auteur

Simon Edelblutte

CERPA, Nancy Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org