Navigation – Plan du site

Introduction : reconversion et patrimoine au Royaume-Uni

Simon Edelblutte

Texte intégral

Reconversion

1Renouveau, régénération, reconversion, requalification, rénovation, réhabilitation autant de termes en « re- » qui indiquent des mutations profondes, une « re- » composition des espaces et des territoires. Ces recompositions ont toujours existé ; les territoires, comme les organismes vivants, naissent, croissent, déclinent et meurent et c’est particulièrement le cas des territoires urbains. En effet, « l’histoire longue n’engendre pas la pétrification de la matérialité urbaine. Elle suppose au contraire une recomposition continue à l’échelle de plusieurs générations » (Burgel, 2001). Cependant, les recompositions territoriales ne sont devenues un thème majeur de la géographie que durant ces dernières décennies, tant le mouvement semble s’être accéléré, notamment à partir des profonds changements économiques liés aux révolutions industrielles, et plus récemment au post-fordisme et à la mondialisation croissante. Ainsi, alors que les autorités tentent au mieux d’orienter ces mutations territoriales, mais ne peuvent la plupart du temps que les accompagner, le géographe s’attache à essayer d’y retrouver des axes forts, des tendances majeures, tous autant d’éléments utiles à la compréhension, donc à l’aménagement des espaces en recomposition.

2À partir de la recomposition territoriale, expression englobante, les autres termes ou expressions listées plus haut ont un sens plus ciblé, mais pas toujours clairement et précisément défini ; en effet, renouvellement ou renouveau, plutôt appliqués à la ville avec le qualificatif « urbain » ou « urbaine » sont des « notions ambiguës et polysémiques » (Bonneville, 2005). Renouvellement ou renouveau urbain sont synonymes de la notion de régénération urbaine, expression utilisée par Claude Chaline (1999), traduction littérale de l’anglais urban regeneration, incluant une dimension sociale mais prenant une dimension quelque peu mystique en français.

3Ces notions assez larges, appliquées à la ville, en incluent donc d’autres, plus réduites mais souvent mieux définies, telles que la requalification, remise en état d’un terrain dégradé (friche) ; le réaménagement, préparation du terrain à l’accueil d’une nouvelle occupation ; la rénovation, destruction de l’immeuble résidentiel ancien et son remplacement par un nouveau ; la réhabilitation, conservation de l’immeuble résidentiel ancien et sa mise aux normes ou encore la reconversion, changement d’activité d’un site et donc regroupant requalification et réaménagement.

4Ce dernier terme, reconversion, a d’abord été utilisé principalement dans un sens social pour désigner les changements d’activité de salariés licenciés de l’industrie. Il a rapidement glissé ensuite vers un sens économico-territorial, désignant principalement le traitement et donc les mutations des sites industriels anciens, abandonnés suite au déclin de l’industrie fordiste. Son sens s’élargit encore pour inclure d’autre formes de conversion impliquant un changement de destination de l’espace concerné : d’industriel à commercial, d’agricole à forestier, d’extractif à agricole, de résidentiel à industriel, etc. Il est utilisé pour le titre de ce numéro de préférence à renouveau ou régénération, car ces derniers semblent plus liés au monde urbain et plusieurs articles du numéro ne concernent pas ou partiellement le monde urbain.

5Tous les espaces sont concernés par ce processus de reconversion permanente, mais les plus intensément touchés sont, en quelques sorte, aux deux extrémités du dynamisme territorial :

  • ce sont souvent des territoires urbains à évolution rapide en raison de leur forte attractivité qui « colonisent » les quartiers voisins en difficulté, entamant un « recyclage urbain », terme proposé par V. Veschambre (2005) qui implique une reconstruction permanente de la ville sur la ville ;

  • ce sont au contraire des territoires en crise forte, en déprise économique et démographique sensible, comme les régions postindustrielles ou les anciennes villes-usines.

6Cependant, d’autres territoires, a priori moins mouvants, comme les espaces ruraux ou encore forestiers, sont aussi touchés par cette reconversion, ne serait-ce que par la pression qu’ils subissent de la part de territoires voisins plus actifs.

7Cette diversité de la reconversion est aussi sensible à plusieurs échelles. En effet, si l’échelle du bâtiment abandonné est la plus évidente, la reconversion s’entend aussi ensuite à l’échelle de quartiers, de villes et de régions entières, posant des séries de problèmes et générant des solutions évidemment assez différentes.

Patrimoine

8Dans cette recomposition permanente des territoires, le patrimoine tient une place de plus en plus grande. Au départ restreinte à des biens transmis des parents aux enfants, cette notion s’est peu à peu élargie, à la fois spatialement, thématiquement et temporellement.

9L’élargissement est d’abord spatial car, très vite, au delà des simples objets, la notion de patrimoine s’est étendue à des bâtiments, puis à des îlots, voire à des quartiers. Elle peut concerner aujourd’hui des villes entières, comme des unités paysagères de la taille d’une vallée par exemple, concernant donc de vastes territoires mêlant éléments naturels (relief, hydrographie) ou humains très variés, compliquant d’ailleurs grandement leur gestion.

10L’élargissement spatial s’accompagne d’un élargissement thématique. Les éléments patrimoniaux initiaux concernent souvent le domaine religieux ; ils touchent ensuite à l’urbain aux transports, au militaire, voire au « naturel ». Des domaines dont le côté patrimonial a longtemps été ignoré, comme l’industrie ou le tourisme, ont plus récemment intégré cette vision patrimoniale. Ainsi, d’anciennes usines, d’anciens hôtels thermaux, peuvent être aujourd’hui protégés comme témoins majeurs d’époques révolues.

11Enfin, l’élargissement est aussi temporel. Au Royaume-Uni, la protection cible d’abord des éléments préindustriels : la Royal Commission on the Historical Monuments of England, créée en 1908, protège en effet les monuments historiques, « des origines à l’année 1700 ». La date limite est ensuite repoussée à 1714 (en 1921), puis à 1850 (après la seconde guerre mondiale), avant d’être abolie en 1963 (Cullingworth, Nadin, 2006). Cela signifie que tout élément, même très récent (bâtiment, monument, voire quartier ou paysage) reconnu d’intérêt patrimonial, peut-être protégé de la destruction par son classement.

12Cette forte – certains la qualifient d’excessive – patrimonialisation est assez récente et correspond en grande partie au développement de la mondialisation : le patrimoine devenant le garant d’une identité menacée par l’ouverture des frontières et des barrières. La reconversion, quelque soit l’échelle à laquelle elle est pratiquée, peut ainsi difficilement négliger totalement le patrimoine aujourd’hui.

Royaume-Uni

13Dans ce mouvement de recomposition territoriale et de patrimonialisation, le Royaume-Uni occupe une place particulière. L’industrialisation très précoce du pays a entrainé son urbanisation très rapide, marquant le développement de grandes conurbations, là où il n’y avait que de petits bourgs ruraux, ou même à la naissance spontanée de véritables villes-usines. Cette urbanisation soudaine et rapide a entrainé une surdensification, une saturation des quartiers ouvriers péricentraux parfois touchés par l’insalubrité. Ainsi, dès le début du XIXe siècle, certains patrons éclairés font construire des logements décents pour leurs ouvriers, les accompagnant de services et de commerces, formant des villes-usines voulues comme idéales et parfois qualifiées d’utopies ouvrières et/ou urbaines (New Lanark, en Écosse dès les années 1820 ; Saltaire, près de Bradford dans les années 1850, idées d’Ebenezer Howard sur les cités-jardins, à la fin du XIXe siècle, etc.).

14L’État ne suit réellement qu’après la Seconde guerre mondiale, malgré les travaux préparatoires de la Commission Barlow (1937) sur la distribution géographique de la population industrielle (rapport déposé en 1940), ceux de la Commission Scott sur la protection des zones rurales face à l’urbanisation (1942)  et ceux de P. Abecrombie, sur le Grand Londres (1944).

15En 1947, est donc mis en œuvre le plan Abercrombie, politique de desserrement urbain bien connue, fondée sur les ceintures vertes et les villes nouvelles construites au-delà. Mais plus récemment, la saturation des transports urbains compliquant les relations au sein de la ville, la désindustrialisation mitant le tissu urbain et les nouvelles préoccupations environnementales résumées par la notion de développement durable, remettent en cause l’étalement urbain et poussent les pouvoirs publics à repenser la ville. C’est ainsi que le renouveau urbain devient, à partir des années 1980/1990, une préoccupation phare de l’aménagement au Royaume-Uni. Les nombreuses friches industrielles et portuaires offrent des espaces à réaménager, souvent situés en péricentre, permettant l’apparition de quartiers novateurs, symbolisant ce renouveau urbain.

16Dans ce mouvement, la place du patrimoine est croissante dans le pays. Si des actions ciblées de préservation existent dès la fin du XIXe siècle (Ancient Monuments Act en 1882), l’innovation la plus importante en la matière est l’inventaire national des bâtiments historiques qui donne, à partir de 1969, un statut protégé à presque 120 000 bâtiments tout en reconnaissant l’intérêt de 137 000 autres. Le débat se porte ensuite sur la différence entre preservation et conservation. La première implique un maintien en l’état originel, alors que la seconde implique un changement et une amélioration, tout en conservant tout une partie du patrimoine. Rapidement, des considérations économiques et pragmatiques ont privilégié la seconde par rapport à la première, permettant la survie de nombreux sites. Plus récemment, et à l’instar de ce qui se passe dans la plupart des pays développés, le débat s’est ouvert sur l’idée de sustainable conservation, encourageant l’usage des ressources locales par la récupération, comme évoqué plus haut, de friches diverses plutôt que la construction de neuf (Cullingworth, Nadin, 2006). Ainsi le patrimoine occupe-t-il une place croissante dans le renouveau urbain. Même si les coûts de récupération, à court terme, sont plus élevés que la destruction/reconstruction, ils s’avèrent plus profitables à long terme, tant en termes économiques, que sociaux et environnementaux.

Des regards croisés

17La série d’articles proposée dans ce premier numéro en ligne de la Revue Géographique de l’Est illustre les multiples facettes de la reconversion, envisagée à chaque fois sous un angle patrimonial et à différentes échelles.

18La petite échelle, celle du pays tout entier est utilisée par les trois premiers articles, mais les thèmes abordés, sous un angle patrimonial, y sont radicalement différents.

19Xavier Rochel, dans un article original, évoque l’intégration des forêts britanniques au champ patrimonial. Pays peu forestier, avec un taux de boisement de 12% (près de 30% en France), le Royaume-Uni est précurseur de la foresterie durable, gestion forestière plus large que la sylviculture traditionnelle tournée vers la seule production. Encore incomplètement définie, elle englobe des éléments tels que « le respect de l’équilibre et de la complexité des écosystèmes », mais aussi des critères sociaux et culturels, tous devant être pris en compte lors des opérations de restauration de massifs évoqués dans l’article. La forêt est ainsi devenue patrimoine et non pas seulement productrice de bois. Cependant, les différents acteurs ne s’entendent pas sur le contenu du patrimoine forestier et deux visions s’affrontent : d’abord une vision plus proche de ce qu’était la forêt traditionnelle, un espace plutôt ouvert et marqué par l’interaction arbres/prairies, « centrée sur l’histoire et le patrimoine » ; ensuite, une vision plus fantasmée, celle d’une forêt « orientée vers un imaginaire tout à fait différent, où l’empreinte de l’Homme reste discrète au milieu de vieux arbres tordus et de frondaisons presque inviolées ».

20Traitant également d’un patrimoine cher au cœur des Britanniques, car ancien et symbolique de l’âge d’or victorien, Anne Hecker montre la difficulté de sauvegarder le patrimoine ferroviaire dans sa globalité. En effet, l’infrastructure linéaire, c’est-à-dire les voies déclassées et abandonnées qui représentent, dans le pays de naissance de ce mode de transport, pas moins de 19 000 km, est aujourd’hui négligée. Le patrimoine ferroviaire est ainsi protégé d’une façon « très sélective, qui exclut largement l’ancienne infrastructure ferrée ». Si le matériel roulant et les bâtiments liés au monde ferroviaire sont en général très valorisés, les lignes elles-mêmes sont souvent peu mises en valeur et l’emprise rapidement découpée pour être annexée aux parcelles voisines. Pourtant, l’auteur montre qu’avec la création de l’association Sustrans (Sustanaible transport), apparue en 1977 sous le nom de Cyclebag, l’infrastructure ferroviaire linéaire abandonnée était promise à un bel avenir sous forme d’un réseau cohérent et maillé de voies vertes, tant la densité ferroviaire était forte dans le pays. Cependant, et rapidement, « la préoccupation environnementale et sociétale a pris le pas sur la vision patrimoniale du réseau ». En effet, face à la nécessité et aux demandes des autorités pour la réalisation rapide et à moindre coût du réseau cyclable, l’option de voies sécurisées le long des voies routières a été privilégiée, contrairement aux réalisations allemandes, belges ou américaines. Ainsi, « c’est une partie essentielle du capital linéaire des délaissés ferroviaires qui pourrait disparaître, victime du projet qui devait, primitivement, assurer sa pérennité ».

21Très lié au patrimoine ferroviaire durant l’âge d’or industriel de la fin du XVIIIe siècle à la fin du XIXe siècle, le patrimoine industriel britannique est présenté par Simon Edelblutte. Dans un contexte mondial et européen qui lui a longtemps été peu favorable, le patrimoine industriel est néanmoins reconnu très tôt au Royaume-Uni, pays où dès le XVIIIe siècle a débuté la révolution industrielle et où celle-ci est associée à la prospérité de l’ère victorienne.  Ainsi, « le Royaume-Uni, précocement industrialisé et précocement désindustrialisé suite aux crises du dernier quart du XXe siècle, est donc aussi le premier pays à avoir intégré la composante patrimoniale dans la reconversion des sites, puis des territoires industriels de plus en plus vastes, du quartier à la vallée et au bassin en passant par la ville-usine et la ville industrielle ». Cette question d’élargissement spatial de la notion de patrimoine industriel est au cœur de l’article qui montre la diversité des types de mise en valeur, en lien avec l’européanisation du mouvement (mise en place de l’ERIH – European Route of Industrial Heritage), voire sa « mondialisation » puisque le Royaume-Uni ne compte pas moins de 7 sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Dans certaines régions britanniques, le patrimoine industriel est donc clairement devenu un élément phare de l’identité de la population, ou tout au moins d’une partie de la population.

22C’est ce que montre Mark Bailoni à propos du Nord-Est anglais, cette fois à l’échelle régionale et en insistant sur l’aspect politique, social et culturel de la mise en patrimoine. Dans une région très anciennement industrialisée et précocement touchée par la crise de la vieille industrie (dès l’Entre-deux-guerres), les autorités locales, soutenues par le gouvernement et face au manque de réussite des politiques d’aides massives des années 1960 et 1970, ont d’abord misé sur une négation du passé industriel pour attirer de nouvelles activités, essentiellement tertiaires. Le patrimoine mis en valeur est alors celui des époques préindustrielles (Mur d’Hadrien, cathédrale de Durham, prieuré de Lindisfarne, etc.). Ce n’est qu’avec la fin de la période de deuil de l’industrie, dans les années 1990, que le passé industriel est mis en valeur. Cette évolution « que l’on retrouve au même moment dans d’autres territoires industriels en reconversion en Europe occidentale », s’accompagne dans le Nord-Est de la progression des idées régionalistes. Les discours tenus pas les régionalistes, en réaction au clivage Nord/Sud et aux autonomies écossaises et galloises, s’appuient alors sur cette culture ouvrière passée, ancrée dans des lieux de mémoires qu’il faut donc préserver (anciennes mines, anciennes usines, anciens chantiers navals). Même si les identités locales restent plus fortes que l’identité régionale dans un Nord-Est dont les limites actuelles n’apparaissent qu’en 1995, le patrimoine, industriel, mais aussi préindustriel, apparaît ainsi dans cette région comme « un des éléments clés de la reconstruction sociale et du renouveau politique, dépassant le simple rôle de vecteur de développement économique et de réhabilitation urbaine » qu’on lui assigne habituellement.

23A plus grand échelle encore, celle de la ville et du quartier, Manuel Appert et Jean-Philippe Hugron portent un regard croisé sur la City et les nouvelles tours de Londres. Le premier s’interroge sur la patrimonialisation, largement remise en cause sous le mandat de K. Livingstone à la mairie, de la skyline de Londres. Longtemps contenue pour préserver les vues de la cathédrale Saint-Paul, en particulier depuis les rives de la Tamise, l’érection de hautes tours, portée par la nécessité d’ancrer Londres dans la mondialisation, à pour objectif de contrer l’étalement urbain en densifiant le centre. Cela doit concilier, non sans difficultés, « conservation du patrimoine et développement économique » ; en référence à Mac Neil (2002) et Holmes (2004), Manuel Appert montre que « la skyline changeante de Londres, concilie le double statut historique et global de Londres ».

24Le second, Jean-Philippe Hugron, montre que « l’architecture verticale est, au regard des projets de constructions en cours à Londres, au cœur de tensions certaines entre reconversion, rénovation, réhabilitation et patrimonialisation ». Constructions récentes au cœur de quartiers en profondes mutations et d’un grand dynamisme économique et donc immobilier, les tours font ainsi l’objet de multiples transformations, qui vont de la destruction-rénovation à la réhabilitation-patrimonialisation. Il propose donc une très utile typologie liée à ces différences, traduite en une figure qui montre bien, en matière d’architecture verticale, la prééminence de la City, récemment étendue sur la rive Sud de la Tamise (Southwark) et du quartier de Canary wharf, dans les Docklands, objet de l’article suivant.

25Perrine Michon, enfin, s’attache, à plus grande échelle, à l’étude d’un seul quartier, celui de Canary Wharf, quartier d’affaires construit sur les anciens docks de Londres. Elle montre que le nouveau quartier créé conserve des éléments patrimoniaux (des entrepôts réhabilités, mais aussi le patrimoine aquatique, avec les bassins proprement dits) sur lesquels s’appuie la communication (« a New Venice », « Wall street on water »). Cependant, ces éléments, pourtant mis en avant par la communication officielle, sont noyés dans des constructions nouvelles en références à d’autres villes (grilles d’arbres hausmaniennes, gratte-ciels rappelant Manhattan) et dans des cheminements qui privilégient les espaces commerciaux et d’affaires plutôt que les espaces publics et l’ouverture sur l’eau. Il s’agit donc ici plus d’un patrimoine-alibi que d’une prise en compte réelle du patrimoine.

26De cette série d’articles il ressort que, si le patrimoine est bien affaire d’identité, il est aussi affaire de perception et ne peut être étudié hors de son contexte :

  • l’importance de la perception est particulièrement sensible dans les articles de Manuel Appert ou Xavier Rochel. L’un rappelle que la skyline londonienne construite autour de Saint-Paul et tant vantée par English Heritage n’est elle-même jamais questionnée ou remise en cause. L’autre montre que les forêts profondes et denses rêvées par les citadins britanniques sont bien loin des forêts très ouvertes mêlant taillis et prairies qui constituaient l’essentiel des boisements historiques.

  •  l’importance du contexte dans lequel se développe la protection patrimoniale est soulignée dans plusieurs articles :

  • le contexte économique, comme le montrent Anne Hecker avec la reconversion essentiellement pragmatique du réseau ferré, laissant à l’abandon des pans entiers de l’infrastructure, et Perrine Michon, évoquant le patrimoine-alibi que sont les quelques éléments préservés à Canary Wharf face à l’envahissant monde des affaires et du commerce ;

  • le contexte politique, évoqué par Mark Bailoni avec, face à la domination d’un Sud anglais conservateur et libéral, une mise en patrimoine que l’on pourrait presque dire « exacerbée » pour des raisons politiques, de la culture industrielle et donc des éléments industriels du Nord-Est anglais ;

  • un contexte plus large évoqué par Simon Edelblutte, avec la mise en patrimoine des éléments industriels qui emprunte à la fois à la définition politique et identitaire des régions de tradition industrielle, à la tertiarisation de leur économie, à la notion grandissante du développement durable ou encore à la fierté d’un peuple à l’origine de la saga industrielle.

27Ainsi, la Revue Géographique de l’Est présente-t-elle avec ce numéro un ensemble original d’articles  sur des thématiques (reconversion, renouveau, mise en patrimoine des territoires), s’exerçant dans un spectre plus large que les acceptions habituellement admises à propos de la ville et/ou de l’industrie.

Haut de page

Bibliographie

Bonneville M. (2005). — « Les ambiguïtés du renouvellement urbain en France », Les Annales de la Recherche Urbaine, n°97, p. 7-16.

Burgel G. (2001). — « Mémoire de la ville et recomposition urbaine ». In : Loyer F. – dir., Ville d’hier, ville d’aujourd’hui, Paris, Fayard – Éditions du Patrimoine, p. 95-104.

Chaline C. (1999). — La régénération urbaine, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Que sais-je ?, 127 p.

Cullingworth B., Nadin V. (2006). — Town and country planning in the UK, 14ème édition, Londres, Routledge, 587 p.

Holmes S. (2004). — The history and effects of changes, past and present, to London’s skyline. http://wwwusers.brookes.ac.uk/01231893, 14 septembre 2008.

McNeill D. (2002). — “The Mayor and the World City Skyline: London’s Tall Building Debate”, International Planning Studies, vol.7, n°4, p.325-334.

Veschambre V. (2005). — « Le recyclage urbain, entre démolition et patrimonialisation : enjeux d’appropriation symbolique de l’espace. Réflexions à partir de quatre villes de l’Ouest », Norois, n°2, p. 79-92.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Edelblutte, « Introduction : reconversion et patrimoine au Royaume-Uni », Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 48 / 1-2 | 2008, mis en ligne le 24 novembre 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://rge.revues.org/1326

Haut de page

Auteur

Simon Edelblutte

Département de Géographie - Centre d’Études et de Recherches sur les Paysages (CERPA) - Université Nancy2 - BP 33-97 - 54015 NANCY Cedex - simon.edelblutte@univ-nancy2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org